Commentaire de Philippe Vassé
sur Crise de l'euro : crises sociales et spéculateurs-vautours


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Philippe Vassé Philippe Vassé 28 février 2010 10:22

Plancher des Vaches,

Vous semblez rattacher « l’air frais » à une victimisation personnelle : cela est étrange car le lien entre une appréciation sur un commentaire pertinent autant qu’intelligent ne devrait pas générer d’autres interprétations que celui du sens simple des mots.

Il est en effet curieux que vous n’évoquiez pas votre sentiment propre sur ce qu’exprime Peachy Carnehan et que vous focalisiez sur une partie de phrase d’intérêt subalterne, attitude qui traduit en général une attention pour le secondaire au détriment de l’essentiel.

Plutôt qu’une tirade vide de sens commun, ou une prêche de victimisation laborieuse incompréhensible, il aurait été plus constructif que vous élaboriez une réponse à la revendication éminemment politique et sociale émise par Peachy Carnehan.

Sur un fil de débat voulu constructif, il est des commentaires de valeur et d’intérêt inégaux, mais tous sont légitimes dès lors qu’ils ne sont pas axés sur des problématiques personnelles ou sans lien avec l’objet de la discussion collective.

Bien cordialement,


Voir ce commentaire dans son contexte