Commentaire de paluard
sur Un vaccin contre le socialisme - Ayn Rand (1905-1982)


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

paluard 6 mars 2010 09:51

« L’unique société qui se base sur une éthique comme celle que propose Rand est celle des marchands, qui vivent en paix… et qui ne se consacrent pas à l’extorsion ou à la criminalité… » Euh, vous etes sérieux quand vous écrivez ça ?

C’est sur, quoi de plus honnête qu’un marchand ? Un mafieux peut-être ? Puisque, après tout, eux aussi échangent « des biens contre des biens, de la valeur contre de la valeur, […] se fient à la parole donnée, […] travaillent dur pour progresser… »

Bon, il y a un peu de vrai dans toute cette daube ; je vous conseille de lire ou relire ce manifeste pour essayer d’en prendre conscience en toute objectivité (d’accord, l’auteur était tout de même plus proche idéologiquement de Timothy McVeigh que de Chomsky, mais au moins il s’est bougé le cul lui !).

Mais tout de même, c’est lorsqu’on lit des aberrations telles que votre « vertu de l’égoïsme », que l’on comprend à quel point nous sommes déjà loin sur la route de l’inversion des valeurs. On n’est plus très loin d’un bon « Viva la muerte ! ».

(Encore une fois, et parce que rien n’est simple en ce bas monde, il faut lire Paul Diel pour comprendre la valeur de ce qu’il appelait « l’egoisme essentiel » ; a opposer au faux altruisme, au paraître, a ce que nous appellerions aujourd’hui le politiquement correct, et qui est en train de ravager les esprits.)

Alors pour remettre les pendules a l’heure je vais vous donner la définition profonde des valeurs de droite et de gauche ; il s’agit de mon interprétation personnelle a moi, j’en suis très fier, et je l’ai même déposée a la SACEM.

Si en général la droite a plus de partisans, plus de succès que la gauche, c’est parce qu’elle s’adresse au plus petit dénominateur commun en l’homme : le cerveau reptilien. Son discours est réductible au plus simple : mon pays ! mon boulot ! ma maison ! ma femme ! ma thune ! ma voiture ! mes gosses ! mon ! moi ! mien ! ma gueule !!!

Et ce discours de reptile, eh bien il est aussitôt compris par tous, y compris moi-même, car tous nous avons un cerveau reptilien ; un cerveau inquiet et apeure autant que violent et meurtrier.

Le message de la gauche en revanche s’adresse a l’homme ; et cette espèce-la est malheureusement beaucoup plus rare que l’espèce reptilienne, car elle suppose d’avoir un cortex, de savoir réfléchir, et de comprendre ce très étrange fait de l’existence : tout ce que je fais a l’autre, en bien comme en mal, je me le fais a moi aussi. Quand j’abaisse un homme, je m’abaisse aussi ; quand je le traite avec respect, je deviens respectable.

(Et relisez Paul Diel pour comprendre que le seul échappatoire a cette implacable légalité, c’est de s’extraire de la condition humaine ; de devenir rat, porc, vautour ou requin, comme le montrent si bien les tenants du capitalisme.)

Alors certes, il y a des ratés : réfléchir n’est pas chose aisée, et le cortex n’a pas l’ancienneté du cerveau reptilien, il lui faudra encore quelques updates avant de fonctionner sans accroc ; mais c’est a vous de choisir votre camp : les reptiles ou les hommes. Lucillio, après « le libre commerce des organes » et aujourd’hui « Ayn Rand », laissez-moi vous suggérez quelques prochains articles : « Pour booster l’économie, libérons le travail des enfants ! », « Le servage est-il préférable au salariat ? », « Tout est à vendre ? J’achète votre âme ! »


Voir ce commentaire dans son contexte