Commentaire de Didier Barthès
sur Le mythe de la surpopulation


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Didier Barthès 10 mars 2010 11:15

Mélange des genres et contrevérités.

 Mélange des genres d’abord :

Je ne sais si le thème de l’environnement est ou pas la bouée de secours du socialisme et vraiment cela à peu d’importance. La question de l’environnement est une question physique elle se moque bien de son rattachement à telle ou telle école de pensée. A vrai dire les sociétés capitalistes et socialiste se sont montrées d’une égale indiférence à l’égard de la planète et ont fait preuve de bien peu de tendresse pour la beauté du monde.

Contrevérités ensuite

Les forets augmentent dans le monde ? C’est une sacré nouvelle ! Allez voir l’Indonésie l’Afrique et l’Amazonie, c’est tout le contraire.

Le recul de la biodiversité a été exagéré ? Comment peut on dire une chose pareille. ? En 100 ans les stocks de poissons dans l’Atlantique ont été divisés par 10 en Asie le nombre de tigres l’a été également (si ce n’est par 20) Les grands animaux ne subsistent plus que dans des réserves elle mêmes menacées par la pression démographique.

La pollution diminue ? A Londre le Smog a baissé oui, mais allez voir en Chine ou sur le reste de la planete, allez voir la courbe d’augmentation du CO2 depuis l’ère industrielle c’est effroyable nous modifions sensiblement la composition de notre atmosphère.

Quand à la population regardez (sur wikipédia ou ailleurs) ce que donne une courbe d’évolution de nos effectifs, la tendance est verticale nous sommes vraiment dans une explosion. En toute bonne foi, est il possible de n’etre pas effrayé ?
Et si, cela a un sens de prolonger les courbes. Bien sur un jour elle s’arreteront mais sous la contraintes et sous la souffrance. Mieux vaudrait les infléchir nous même.

N’oubliez pas, un problème change de nature quand il change d’ordre de grandeur, nous sommes 7 milliard, nous avons 30 fois moins d’espace par etre humain qu’à l’époque de Jésus Christ. On ne peut pas évoquer des questions qui ont été résolus pour 200 millions d’hommes et dire qu’elles le seront pour 7 milliards !

Quand au raisonnement qui montre qu’on s’en est toujours sorti il ne va pas bien loin. Rappelez vous quand un homme meurt il peut toujours se dire, « mon coeur a battu trois milliards de fois il ne va pas s’arreter ! » Cela ne sert à rien, le coeur s’arrete. Les mamouths ont existé pendant des millions d’année, le dernier est mort ! l’appel à la persitance du passé n’a rien changé.

Invoquer les inquiétudes passées et non réalisées pour nier les difficultés et les menaces présentes cosntitue une faute de raisonnement.


Voir ce commentaire dans son contexte