Commentaire de Georges Yang
sur La globalisation du football


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Georges Yang 16 mars 2010 15:27

Pas tout à fait d’accord avec vous, il existe un nivellement lors des grandeses compétitions car sur 3 matches une petite équipe peut faire illusion ou réaliser un exploit, mais ce sont quasiment toujours les mêmes dans le dernier carré
L’amendement Bosman a par contre tué les petits clubs européens
Quand Chelsea alignait 11 étrangers sur le terrain pouvait -on encore parler de club anglais ?
L’exploit de Lyon contre Madrid n’a pas lieu tous les jours, il s’agit d’une contre performance des « Espagnols »
Sans l’arrèt Bosman, un Panathénaikos avec une majorité de Grecs pourrait encore gagner une coupe, c’est impossible aujourd’hui
Depuis Bosman, le foot est devenu un travail de mercenaires, on peut soit le regretter , soit admirer un alignement de vedettes internationale sur le terrain
Et puis cette diversité entraine un affaiblissement des équipes nationales et des naturalisations de complaisance
Autre temps autres mœurs
Est ce un progrès ?


Voir ce commentaire dans son contexte