Commentaire de Bachir
sur L'affaire Redeker, deux poids, deux mesures


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Bachir (---.---.26.83) 17 décembre 2006 00:54

> >

Pourquoi J’ai Quitte L’islam

Bachir Mouffa

On me demande souvent pourquoi j’ai quitté l’Islam ?

Aussi absurde que cela puisse être, des Musulmans ne peuvent même pas se permettre de penser que le fait de quitter l’Islam est un choix, ou que c’est même possible. Ils pensent que ceux qui quittent l’Islam sont des agents juifs payés plutôt que d’accepter le fait que les gens ont la liberté de penser et que certains peuvent même penser que l’Islam n’est pas pour eux. Voici mes raisons :

Jusqu’à il y a peu d’années, j’avais l’habitude de penser que ma fois en l’Islam n’était pas basée sur l’imitation aveugle mais qu’elle était plutôt le résultat d’années d’enquête et de recherche. Le fait que j’avais lu beaucoup de livres sur l’Islam, écrits par des personnes dont j’approuvais le spensées et qui fouillaient dans des philosophies qui étaient à l’intérieur de ma zone de confort, confortait ma conviction que j’avais trouvé la vérité. Toute ma recherche avec parti pris confirmait ma foi. Tout comme les autres musulmans, j’avais l’habitude de croire que pour apprendre sur quelque chose on devait aller à la source. La source de l’Islam est bien entendu le Coran et les livres écrits par les érudits musulmans. Je ne ressentais donc aucun besoin de regarder ailleurs pour trouver la vérité, puisque j’étais convaincu que je l’avais déjà trouvée. Comme disen tles musulmans : « Talabe ilm ba’d az wossule ma’loom mazmoom » : la recherche de la connaissance après l’avoir obtenue est folie.

Bien entendu, c’est une idée folle. Et si nous voulons apprendre la vérité sur l’un de ces cultes dangereux ? Est-il suffisant de ne dépendre que de ce que le leader du culte et ses fidèles illusionnés disent ? Serait-il prudent d’élargir notre recherche et de trouver ce que les autres ont à en dire ? Aller à la source n’a de sens que dans le domaine scientifique, parce que les scientifiques ne sont pas des « croyants ». Ils ne disent pas quelque chose parce qu’ils ont une foi aveugle. Les scientifiques font une analyuse critique de l’évidence. Cela est très différent de l’approche religieuse qui est entièrement basée sur la foi et la croyance.

Je suppose que ce fut la connaissance que je fis avec les valeurs humanistes occidentales qui me rendit plus sensible et qui aiguisa mon appétit pour la démocratie, la libre pensée, lzes droits humains, l’égalité, etc. C’est alors qu’en relisant le Coran je rencontrai des injonctions qui n’allaient pas du tout de pair avec mes nouvelles valeurs humanistes, je fus affligé et me sentis très mal à l’aise en lisant des enseignements comme ceux-ci :

Coran 3-5

« Mais ceux qui rejettent la Foi après l’avoir acceptée et qui continuent à se défier de la Foi, leur repentir ne sera jamais accepté, car ils sont ceux qui se sont égarés. »

Coran 16-106 « Qui que ce soit qui, après avoir accepté la foi en Allah, exprime la Non-Croyance - sauf sous la contrainte, son coeur demeurant ferme dans la Foi - sur ceux de tels hommes qui ouvrent leur coeur à la Non-Croyance, sur eux est la Colère d’Allah, et une peine terrible sera la leur. »

On peut penser que la peine terrible mentionnée ici regarde l’autre monde. Mais Muhammad s’assure que ces gens recoivent tout aussi bien leur peine dans ce monde. Voyez ce qui suit :

Sahih Bukhari Volume 6, Book 61, Number 577 :

J’ai entendu le Prophète dire : « Aux derniers jours (du monde), des jeunes apparaîtront qui auront des pensées et des idées folles. Ils feront de bons discours, mais ils sortiront de l’Islam comme une flèche sort de son jeu ; leur foi ne dépassera pas leur gorge. Aussi, où que vous les trouviez, tuez-les, car au jour de la Résurrection il y aura une récompense pour ceux qui les auront tués. »

Sahih Bukhari Volume 4, Book 63, Number 260 :

Ali brûla quelques personnes et cette nouvelle parvint à Ibn ’Abbas, qui dit : 3Si j’avais été à sa place je ne les aurais pas brûlés, car le Prophète a dit : ’Ne punissez pas (quelqu’un) par la punition d’Allah’. Sans aucun dout je les aurais tués, car le Prophète a dit : « Si quelqu’un (un musulman) abandonne sa religion, tuez-le. »

"Sahih Bukhari Volume 4, Book 63, Number 261 :

Huit hommes de la tribu d’Ukil vinrent voir le Prophète, mais ils trouvèrent bientôt le climat de Médine ne leur convenait pas. Ils dirent alors : « O Apôtre d’Allah ! Donne-nous un peu de lait. » L’Apôtre d’Allah dit : « Je vous conseille de vous joindre au troupeau de chameaux. » Ils y allèrent donc et burent l’urine et le lait des chameaux (come médicament) jusqu’à ce qu’ils deviennent en bonne santé et gros. Puis ils tuèrent le berger, conduisirent les chameaux au loin et devinrent des non-croyants après avoir été musulmans. Lorsque le Prophète en fut informé par , il envoya des hommes à leur poursuite et avant que le soleil ne se lève, ils furent amenés et pon leur coupa les mains et les pieds. Puis il donna des ordres pour leurs ongles, qui furent chauffés et mis dans leurs yeux, puis on les laissa dans le Harra (une terre rocailleuse de Médine). Ils demandèrent de l’eau, mai spersonne ne leur en donna, jusqu’à ce qu’ils meurent.

Et de la Traduction partielle de Sunan Abu-Dawud Book 38, Number 4339

Aisha, Ummul Mu’minin : L’Apôtre d’Allah (la paix soit sur lui) dit : "Le sang d’un musulman qui témoigne qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et que Muhammad est l’Apôtre d’Allah (la paix soit sur lui) ne doit pas être versé si ce n’est pour l’une de ces trois raisons : un homme qui a forniqué après le mariage, dans ce cas il doit être lapidé ; celui qui va jusqu’à combattre Allah et Son Apôtre, dans ce cas il doit être tué ou crucifié ou exilé du pays ; ou celui qui commet un meurtre, ce pourquoi il est mis à mort.

Le suivant est très inquiétant. J’ose dire que tout homme qui le lit et qui n’est pas décontenancé de dégoût à un long chemin à parcourir pour devenir un homme.

Sunan Abu-Dawud Book 38, Number 4348

"Raconté par Abdullah Ibn Abbas : Un aveugle avait une mère-esclave qui avait l’habitude d’injurier le Prophète (la paix soit sur lui) et de le dénigrer. Il lui interdit mais elle ne s’arrêta pas. Il la réprimanda mais elle n’abandonna pas son habitude. Une nuit, elle commença à calomnier le Prophète (la paix soit sur lui) et à l’injurier. Il prit alors un poignard, le mit sur son ventre, appuya dessus et la tua. Un enfant vint entre ses jambes et fut maculé du sang qui s’y trouvait. Lorsqu’arriva le matin, le Prophète (la paix soit sur lui) fut informé de cela. Il rassembla les gens et dit : « Par Allah, j’adjure l’homme qui a fait cet acte, et je l’adjure par mon droit sur lui de se lever. » L’homme seleva en sautant sur les cous des gens et en tremblant. Il s’assit devant le Prophète (la paix soit sur lui) et dit : « Apôtre d’Allah ! Je suis son mlaître ; elle avait l’habitude de t’injurier et de te dénigrer. Je lui avais interdit, mais elle ne s’est pas arrêtée ; je l’ai réprimandée mais elle n’a pas abandonné son habitude. J’ai d’elle deux fils qui sont comme des perles, et elle était ma compagne. La nuit dernière, elle a commencé à t’injurier et à te dénigrer. Alors j’ai pris un poignard, l’ai mis sur son ventre, ai appyué jusqu’à la tuer. » Là-dessus le Prophète (la paix soit sur lui) dit : « Oh sois témoin, il n’y aura aucune représailles pour son sang. »

J’ai ressenti que l’histoire ci-dessus était une inujustice flagrante.Muhammad pardonne à un homme qui tue une mère enceinte et son propre fils non encore né simplement parce qu’il a dit qu’elle l’avait insulté ?!

(Les Arabs avaient l’habitude de dormir avec leurs esclaves femmes. Le Coran perpétue cette tradition :

Coran 33 : 52 « Il n’est pas légal pour toi (d’épouser plus) de femmes après celle-ci ni de les changer pour d’autres femmes, même si leur beauté t’attire, sauf celle que ta main droite doit posséder : et Allah voit toutes les choses. » (Muhammad dormait lui-même avec Mariyah, l’esclave de sa femme Hafsa sans l’avoir épousée.)

Pardonner à quelqu’un le meurtre d’un autre homme simplement parce qu’il a dit qu’il avait insulté Muhammad est inacceptable. Qu’en aurait-il été si cet homme avait menti pour échapper à la punition ? Que dit cette histoire sur le sens de la Justice de Muhammad ? Imaginez combien de femmes innocentes ont été tuées par leurs maris au cours de ces 1400 années, maris qui ont échappé à la punition en accusant leurs femmes assassinées de blasphémer le Prophète de Dieu, et cette Hadith a fait qu’ils s’en sont tirés.

Bachir


Voir ce commentaire dans son contexte