Commentaire de ddacoudre
sur L'euro devrait continuer à baisser


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ddacoudre ddacoudre 8 mai 2010 20:40

bonjour luciole
trop de journaux ou trop de faiseurs d’opinions stupides, qui nous vendent du consensuel et de la médiocrité émotionnelle.heureusement qu’ils n’existaient pas en 1789, sinon a pleurer sur chaque mort quelle a fait l’on aurait inondé la France.

Une catastrophe économique est en train de se dérouler :
elle va réduire à néant l’épargne de millions de Français...

... alors que d’autres doubleront leur patrimoine
dans le même temps

Nos spécialistes avaient vu venir la catastrophe des subprime... la hausse
spectaculaire de l’or... l’effondrement du système bancaire et financier...

A présent, ils vous révèlent comment sortir gagnant
d’une crise telle que nous n’en avions pas connu
depuis les années 20

Cher Investisseur,

Je ne vous écris pas pour vous parler du chômage qui continue de grimper. Ou de la crise de la dette grecque. Ou de la faillite de l’Europe et de la nouvelle ère qui s’annonce.

Je vous écris parce que tous ces éléments ne sont que les pièces d’un événement bien plus vaste que quiconque, qu’il s’agisse des médias ou des autorités, ne le laisse entendre.

Cet événement pourrait réduire à néant le système économique mondial tel que nous le connaissons. Si vous ne vous protégez pas en agissant maintenant, il pourrait réduire en fumée votre épargne durement gagnée.

Mais comme nous le verrons dans un instant, ce phénomène a aussi mis en marche des rouages très profitables — qui pourraient vous permettre de doubler votre capital alors que les marchés et les économies de la planète sombrent dans le chaos.

Et croyez-moi, quand je parle de chaos, je pèse mes mots. Même les récentes baisses boursières et la crise financière — que le légendaire investisseur George Soros compare en gravité à la Grande Dépression de 1929 — ne sont rien en comparaison.

Si l’on ne résout pas cette crise, l’idée même de l’Occident pourrait prendre fin. Comme ça. Je n’exagère pas le moins du monde. Les richesses qui se sont évaporées jusqu’à présent pourraient n’être qu’une goutte d’eau à côté de l’océan de dommages que cette crise provoquera.

Lorsque cette bombe explosera, les difficultés actuelles du marché ressembleront à un goûter d’école maternelle. Et lorsqu’on en sera là, je doute que Sarkozy, Obama, J.-C. Trichet ou qui que ce soit puisse faire quoi que ce soit pour y mettre fin.

De quoi diable suis-je en train de parler ? 

 

La Deuxième Grande Dépression n’est pas à venir...
elle est déjà là !

Le fait est que les Etats-Unis ont de gros, gros problèmes. Des problèmes bien plus conséquents que quiconque veut bien l’admettre. Et ils menacent votre avenir bien plus que la crise bancaire, la crise économique ou même le récent renflouage au secteur automobile.

En fait, nous vivons actuellement une situation plus dangereuse que tout ce que nous avons vu depuis la Grande Dépression.

Les ronds-de-cuir des gouvernements et de la finance prétendent qu’on peut régler la situation en inondant le système avec de l’argent — à commencer par les marchés du crédit, complètement paralysés. Mais même si les renflouages poussent les banques à prêter, à qui vont-elles pouvoir prêter cet argent... et surtout, pour quoi ?

Partout dans les médias, on entend vanter le « retour de la croissance ». Et quelle croissance ! A peine 0,2% au premier trimestre 2010... A ce rythme-là, on terminera l’année à 0,8%, bien loin des déjà maigres 1,5% prévus par les autorités.

Par ailleurs, la dette publique s’alourdit pour atteindre les 1 489 milliards d’euros à fin 2009. Record battu : elle représente 77,6% du PIB, très supérieure aux recommandations du traité de Maastricht qui fixe la limite à 60% ! Le déficit public représente quant à lui 7,9% du PIB ; on est bien loin des 3% fixé par le même traité... et la France serait bien en peine de donner des leçons de morale à la Grèce. 

Dans de telles conditions, vous vous en doutez, l’emploi se porte mal. Le taux de chômage s’enfonce un peu plus, atteignant les 9,5%. En février 2010 on dénombrait 2,667 millions de chômeurs en France, avec une hausse de 12,8% sur les 12 derniers mois — et on voudrait vous faire croire que la reprise est en marche ! Une économie florissante avec plus de 10% de sans-emploi, ça vous semble crédible ?

Mais ce chiffre n’a rien de surprenant : les entreprises souffrent ! La crise économique a fait des ravages en 2009. On dénombre ainsi plus de 20,6% de faillites supplémentaires par rapport à 2008 — soit environ 66 700 faillites ! Pour les entreprises du CAC 40, la baisse des profits au dernier trimestre 2009 était de l’ordre de 10,9%...

Nos voisins européens ne sont pas en meilleure forme — l’Allemagne et le Royaume-Uni s’enlisent, tandis que du côté de l’Espagne et de l’Europe de l’est, c’est une véritable catastrophe. Les Etats-Unis, quant à eux, entre crise des subprime et ralentissement économique, vivent une crise historique... dont ils ne sortiront pas indemnes, comme nous allons le voir ci-dessous.

Le plus important à retenir de tout ça, c’est que ces calamités sans lien apparent sont en fait étroitement imbriquées. Elles forment une file de dominos financiers qui s’effondrent à une vitesse alarmante. Ils ont déjà vaporisé l’équivalent de dix années de gains boursiers... détruisant plus de 50 000 milliards de dollars.

Et alors que la crise s’approfondit de jour en jour, des millions de personnes en subiront les conséquences. alors que le monde connaît les bouleversements les plus profonds de ces sept dernières décennies... voire plus. etc etc.

Actuellement l’Europe vient de créer un fond d’aide et a demandé et l’Allemagne y a mis comme conditions que tous les états endettés réduisent leur dette, d’où la déclaration antérieure de Filion, et cela ne changera rien, si ce n’est d’apauvris la classe moyenne et creuser la fracture.

cordialement


Voir ce commentaire dans son contexte