Commentaire de Philippe Vassé
sur Crise de l'euro : la marche à la dislocation de la zone euro


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Philippe Vassé Philippe Vassé 9 juin 2010 12:32

Cher Helios,

Votre réponse est très cohérente et a pour fondement votre souhait personnel que l’UE continue à perdurer. De votre point de vue, la seule chose qui est incohérente dans votre texte est votre répulsion pour ce qui est anglo-saxon, l’UE étant justement fondée afin de liquider toutes les économies nationales dans le cadre d’une mondialisation totalement dérègulée !!!

Ceci est légitime et nul ne conteste votre droit à souhaiter des choses impossibles et surtout contradictoires avec les intérêts et la vie de centaines de millions de citoyens de l’UE..

Deux logiques s’affrontent ici : la vôtre, celle des gens qui estiment possible de mettre les économies nationales européennes en ruine afin de continuer à enrichir la spéculation et de faire survivre un système qui n’est plus viable pour les peuples de la planète, donc aussi d’Europe. Cette logique s’appuie sur des souhaits et se heurte aux faits comme aux peuples !

L’autre logique est celle des processus sociaux en cours, qui se moquent des souhaits des uns et des autres, et créent les réalités vivantes : quand Terry Gou, homme d’affaires et dirigeant de Foxcoon (que je connais par ailleurs), explique depuis 2 ans que la Chine est une marmite sociale sous pression face à des investisseurs et actionnaires autistes, les faits lui donnent entièrement raison et cela, parce qu’il voit les réalités qui concernent ses 40000 salariés de Shenzhen !

En zone euro, la preuve de la crise majeure est apportée, sans contestation de personne, sauf de gens qui se battent sur des idées et ne veulent pas voir les faits, par les plans d’austérité massive CONTRE les populations, le chômage de masse, la précarité, la baisse du travail face à la hausse du capital.

Nul économiste qui a quelque connaissance sur le capitalisme et ses lois immanentes n’ignore que la compression-réduction-diminution des revenus de la population sape les fondements concrets de la consommation, qui est la seule base sur laquelle ce système peut exister et se survivre.

Quand la consommation recule, toute la production s’écroule, et la crise ne fait donc que s’aggraver.

Ce qui est étrange est que dans les Etats avancés du monde, cette évidence est admise par tous, d’où des politiques de relance permanentes depuis ds décennies, sous toutes les formes.

Il existe encore un endroit du monde où cette vérité reconnue du monde n’est pas entrée dans les têtes pensantes de certains : les petits dirigeants économiques et politiques français, dont l’importance mondiale ne cesse de se dévaluer par la faiblesse déclinante du pays sur la scène mondiale.

 Ainsi, un Dominique Strauss-Kahn n’ose pas critiquer aux Etas-Unis, au Japon ou en Chine ce qu’il tance sévèrement en France et en zone euro : plans de relance par la consommation et des déficits publics accrus !

Ce n’est pas de la schizophrénie, c’est seulement que « l’employé » du gouvernement fédéral de Washington, vivant là et devant son poste à ce gouvernement, ne peut critiquer son employeur, mais peut encourager ses « concurrents » européens et autres à s’auto-immoler sur l’autel du système en faveur de son patron.

Ce que fait Sarkozy face à Merkel est de ce point de vue éblouissant après des critiques fortes et les sorties de Mme Lagarde.

Les faits trancheront entre vos souhaits et les réalités, que l’article synthétise de manière condensée et non-exhaustive.

Quelques correctifs sympathiques :

Sur vos chiffres : l’UE compte toujours 27 membres nationaux et non 28.

Quant aux dépenses militaires américaines en Irak et en Afghanistan, elles sont bien plus lourdes que tout « retour sur investissement », pour user d’un langage cynique habituel aux gens d’affaires pour qui l’humanité commence et finit aux chiffres sur des écrans !

Voir le monde à travers le prisme de chiffres, de graphiques, de courbes sur un écran rend aisément autiste et déconnecte des réalités vivantes, humaines, sociales, économiques, financières : on se crée un monde dans sa tête, un univers clos, et l’on devient incapable de regarder une réalité comme telle parce qu’elle n’est ni un chiffre, ni un écran, ni une courbe ! 

Mieux encore, vos sources évoquent les dépenses fédérales, sans compter les dépenses des sociétés privées qui essaient justement de protéger et assurer des profits de plus en plus faibles dans ces pays : même processus qu’en Chine, le taux de profit s’effondre sans relâche....

Quant au coût des dépenses américaines de soutien à Israël, qui, pour une raison inconnue semblent vous troubler, il vous faut additionner l’aide militaire et.....l’aide économique fédérale, plus les aides budgétaires de certains Etats ! 

Cela a un rapport avec l’UE et la crise de l’euro car Israël, Etat asiatique, jouit, d’un accord commercial préférentiel avec l’UE alors que sa monnaie est plus lié au dollar US qu’à l’euro.

Traduit en langage simple, les Etats-Unis aident à grands frais un Etat qui commerce de plus en plus avec les pays de l’UE et « enrichit », la zone euro. Dit en résumé du point de vue américain, pourquoi dépenser de l’argent pour des Etats amis qui ne vous renvoient que peu l’ascenseur financier ?

Ainsi, si vous regardez un autre Etat allié des Etats-Unis, Taïwan, celui-ci achète ses armements en liquide aux Etats-Unis et ne leur coûte pas un dollar.

La différence saute aux yeux du plus acharné des libres-échangistes opposés aux subventions publiques versées, selon ces gens-là, à perte car sans retour financier.

Quant à votre critique des « coffres-forts dans des pays exotiques », c’est amusant car vous semblez critiquer le fait que des bénéfices énormes faits sur le dos des peuples.... servent à leurs bénéficiaires et que ceux-ci les cachent là où il leur paraît sûr de placer leur « trésor de guerre économique ». Mais, le système, bancaire y compris, a des règles édictées par les mêmes gens dans ce seul but !

Votre naïveté ici surprend.

Pour finir sur une note significative, Terry Gou, voici plus de deux ans, émettait l’idée que lorsque les ouvriers chinois se révolteraient, tout le système mondial serait ébranlé.

A l’époque, quelques personnes ont dit que cette idée était possible dans 20 ans et qu’en attendant, la cours aux profits mirobolants en Chine pourrait se poursuivre..... Même un grand sage bouddhiste futurologue de Taïwan annonçait en 2008 de gigantesques boulversements en Chine en 2010, année qu’il qualifiait de néfaste pour la Chine......

La prédiction de Terry Gou se réalise maintenant, et au moment où les économies européennes foncent droit sur une récession profonde et forte.....

Les faits finissent toujours par trancher entre les points de vue....contre les autistes et les gens qui ne sont plus au contact des réalités humaines vivantes !

L’avantage d’Internet est que les écrits resteront quand les faits, prévus par l’analyse méticuleuse des processus observés, se réaliseront

Bien cordialement,


Voir ce commentaire dans son contexte