Commentaire de armand
sur Finances européennes sous contrôle US, « Swift » et fin


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

armand armand 16 juillet 2010 00:18

"mais au moins est il un patriote allant ds le sens des interets de son pays« 

Mais tout est dit, mon cher Hiéro (dont je reconnais tout de même l’érudition et la volonté tenace de s’exprimer en bon français - une qualité rare par les temps qui courent !

Pourquoi saluez-vous ce patriotisme chez Poutine et le refusez-vous à Obama ? Si j’ai l’air de vous accuser de poutinophilie, c’est certainement en raison d’interventions nettement plus anciennes où vous en appeliez à un rapprochement avec la Russie.
Je ne suis pas anti-russe ; je dirais même que je suis ravi de retrouver le drapeau tricolore et la silhouette de Saint-Georges sur les blasons moscovites. Mais justement, la Russie moderne est comme la Russie non de Staline mais de Nicolas Ier. Un pays nullement ennemi, mais rival.

En revanche, je crois en l’alliance franco-américaine, depuis que Louis XVI a porté les USA sur les fonds baptismaux et que Pershing puis Eisenhower ont rendu la politesse.
Ce qui ne m’empêchait pas d’approuver l’opposition de Chirac à la guerre en Irak (et beaucoup d’Américains ont fini par lui donner raison).

Ce que je vous reproche, c’est votre biais systématiquement anti-américain et anti-israëlien. L’essentiel de vos articles (comme ceux de morice d’ailleurs) sont tournés dans ce sens.
Vous partez du principe que les intérêts de la France sont par définition opposés aux leurs. Non seulement je ne suis pas de cet avis, mais à mon sens de telles obsessions nous détournent d’adversaires plus insidieux.
Et surtout, je ne vois venir rien de concret à la place.
Vous vous plaignez de la finance apatride et des »banksters" - fort bien, mais quel projet précis pour les mettre au pas. Solder toutes les dettes qui nous lient à ces marchés ? Renforcer un étatisme tatillon ? Ou bien chercher à introduire un peu de réel dans la finance - un marché c’est vendre et acheter avec de l’argent vrai, que l’on a, et non un casino où l’essentiel de l’activité ce sont des paris d’une complexité croissante, qui se font à la vitesse de la lumière. Cette dernière solution aurait plutôt mes préférences.


Voir ce commentaire dans son contexte