Commentaire de Philippe Vassé
sur Musée des Religions du Monde ou les bienfaits de la laïcité à Taïwan


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Philippe Vassé Philippe Vassé 10 octobre 2010 22:02

Cher Radix,

Dans une société qui se dote de règles de fonctionnement collectif, le mélange des genres et des règles est source de difficultés, voire de dangers.

Ainsi, en France, en 1959, l’Etat gaulliste, sous inspiration démocrate-chrétienne, élabora des lois (notamment la loi Debré, pour financer les écoles privées à l’époque exclusivement catholiques, pas les autres.

Ces accords, développés et renforcés, existent toujours et pèsent fortement sur le budget de l’enseignement public.

Il existe là une attitude irrationnelle de la part de l’Etat français qui a mis la main dans un processus qui aujourd’hui aboutit en France au PPP (Partenariat Public-Privé) dans divers domaines, sources de confusions croissantes et de dépenses non maîtrisées à tous les niveaux.

A Taïwan, l’Etat s’est refusé à rentrer dans ce processus où les deux parties tendent à fusionner, au détriment des intérêts privés et publics. Les écoles privées, qui sont aussi des entreprises privées en droit, assurent leur propre financement comme elles l’entendent (parents, entreprises, fondations charitables, etc...) ; mais l’Etat ne leur accorde pas un centime.

Il contrôle par contre le fait que les programmes nationaux d’enseignement soient respectés, s’agissant des enfants des citoyens dont cet Etat a la charge de vérifier leur instruction.

Taïwan est donc un Etat qui respecte la liberté des parents des enfants scolarisés en écoles privées, mais ne fait pas payer leur choix privé par l’ensemble des contribuables au détriment de l’enseignement public.

La France a une démarche de confusion dommageable qui aboutit aujourd’hui à une situation où des intérêts privés sont ouvertement promus par l’Etat avec l’argent des citoyens et au détriment de l’intérêt collectif. (cf : affaire Woerth Bettencourt, Woerth Chantilly, Wildenstein, etc....

Séparer le public du privé est aussi nécessaire que séparer les religions de l’Etat.

Bien cordialement,


Voir ce commentaire dans son contexte