Commentaire de spartacus1
sur Le Parti Socialiste gagne les élections de 2012 ! Et après ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

spartacus1 spartacus1 11 novembre 2010 11:02

Mon cher Archibald, je suis assez d’accord avec toi. Mais on fait quoi ?

Il faut bien analyser la situation. Même si cela ne me fait pas plaisir, je dois bien constater que la majorité du peuple français est à droite, anti Sarko certes, mais à droite.

Alors, de nouveau que fait-on ?

- On se regroupe dans un parti, avant-garde du prolétariat, qui veut prendre le pouvoir, au besoin par la force, pour faire le bonheur du peuple malgré lui ? Je crois que l’histoire nous a montré que cette voie est sans issue.

- On pratique la politique du pire. On vote pour le/la pire candidat(e), en tablant sur une dégradation absolument totale de la société, ce qui aurait pour effet de précipiter le peuple vers des solutions de changement total du pacte social ? Mais les soulèvements sous-jacents impliqueraient combien de morts ? Et, en plus, j’ai peur que l’on se retrouve dans la solution précédente.

- Au contraire, on vote pour le/la moins pire, sachant très bien que parmi les « papables » susceptibles de gagner il n’y a aucun(e) candidat(e) qui souhaite réellement un changement de société. Cela permet peut-être, en élisant un(e) candidat(e) pratiquant une politique de Croix-Rouge du capitalisme*, de diminuer un peu les souffrances des « petites » gens.
On profite de ce répit pour monter un parti réellement social-démocrate (au sens de R. Luxembourg**), ferme sur le principe de la disparition progressive du capitalisme, qui profite de chaque mouvement social ou événement électoral pour pratiquer une politique de formation des gens. Ce parti pratique une politique active pour ne pas/plus admettre en son sein les arrivistes que nous connaissons.

Bon, je rêve, je rêve, mais il est parfois bon de rêver.

* Je n’utilise pas le terme néo-libéralisme qui n’est qu’une autre façon de nommer le capitalisme.

** Mon pseudo n’est pas tout à fait dû au hasard.


Voir ce commentaire dans son contexte