Commentaire de sisyphe
sur Beaujolais blues


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

sisyphe sisyphe 20 novembre 2010 15:56

Belle description de la dépendance ; on croirait lire la confession d’un junk... (lettré, of course).. 


Si je puis me permettre, j’ai relevé ceci : 

« En ce sens, le Beaujolais nouveau est un breuvage philosophique. Il donne un aperçu compressé et raccourci de la vie : l’attente, la tentation, le plaisir bref, puis les remords et l’extrême dénuement de l’être humain devant son lavabo, aux heures pales de la nuit. »

la vie, la vie .... comme vous y allez... disons une tranche de vie ; pas la plus goûteuse...




Voir ce commentaire dans son contexte