Commentaire de JL
sur Crise de l'euro : ce qui devait arriver arrive.....


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Francis, agnotologue JL 6 décembre 2010 11:52

Bonjour Philippe vassé. Je me garderai bien de prter un jugement de valeur sur votre analyse. Je vous en propose une autre qui mériterait d’y être confrontée, celle de Frédéric Lordon, et plus précisément, la proposition de nationaliser les banques, ce qu’il appelle, dans l’extrait ci-dessous, un « soulèvement politique ». 


Ne pas détruire les banques, les saisir, par F. Lordon, 2/12/10

Extraits :
 
« Marx en son temps avait parfaitement perçu que la convulsion est la modalité privilégiée par l’histoire de dépassement des contradictions. Le nexus présent des contradictions de ce qu’il faut bien appeler avec Badiou le capitalo-parlementarisme, contradictions mêlées d’un système économique conduit au désastre par la finance libéralisée et d’un système politique institutionnel qui, en tous les sens du terme, ne répond plus, et n’est donc plus l’instance possible de transformation du premier, ce nexus a épuisé le spectre de ses solutions internes. Si vraiment on en arrive en ce point où, les possibilités d’accommodation « régulière » du système évanouies, ne reste plus que le choix de son renversement, alors il y a cependant quelques raisons de préférer le soulèvement politique à l’insurrection bancaire. Car la seconde nous abat nous-mêmes dans le même mouvement où elle abat ses ennemis, alors que le premier conserve la Banque comme principe mais nous rend les moyens de lui donner la forme que nous voulons – et dont nous avons besoin. »

« Après tout le problème est bien plus symétrique qu’on ne croit : la finance peut sans doute nous prendre en otages mais, dès lors qu’il est suffisamment débiteur, l’Etat a aussi les moyens de la ruiner, avec au surplus, derrière, le pouvoir de la ramasser à la petite cuillère et à sa façon... Pour tous ses dangers réels, la faillite technique des banques a au moins un effet intéressant : elle permet de leur mettre la main dessus. Et à pas cher en plus. Les arguments de principe pour une recommunalisation du système du crédit abondent ; la situation de faillite leur offre leurs conditions de réalisation – et même de réalisation modique. Car si la nationalisation intégrale est la première étape du processus de recommunalisation du bien commun bancaire, avant la mutation ultérieure en système socialisé du crédit [19]), la situation critique de la faillite générale offre la possibilité d’opérer cette nationalisation par simple saisie.  » (FL)


« La France n’a pas besoin de réformes, elle a besoin d’une révolution. » (Gérard Mordillat)


Voir ce commentaire dans son contexte