Commentaire de olivier cabanel
sur Je vais vomir un peu et je reviens


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

olivier cabanel olivier cabanel 20 février 2011 19:30

brieli,
d’autant qu’en s’attribuant un quasi monopole, ils peuvent se mettre d’accord et faire les prix qu’ils veulent.
on appelle çà comment déjà ?
ils font du chantage aux producteurs, obligés d’accepter, ou d’aller se faire pendre.
 ;-/


Voir ce commentaire dans son contexte