Commentaire de Jean d’Hôtaux
sur Les déserteurs fiscaux sont-ils Français ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 7 mars 2011 15:10

Cher auteur,

Dans votre article vous confondez causes et effets me semble-t-il ...

Je n’ai pas de sympathie particulière pour les « vedettes » énumérées ici, mais peut-être serait-il plus objectif de se poser quelques questions sur les raisons qui motivent ces stars honnies à quitter - fiscalement seulement faut-il le préciser - le giron ô combien protecteur de la République pour s’en aller humer l’air pur chez le voisin ?

Mais enfin cher auteur, voudriez-vous priver les gens de s’établir - même fiscalement - là où bon leur semble en ce début de XXIème siècle, alors que la liberté d’établissement est reconnue à tous en démocratie et que la fiscalité relève de la souveraineté nationale ?

Durcir davantage encore la fiscalité pour taxer les plus riches les fera d’autant plus fuir cet enfer fiscal et vous ne pourrez pas les contraindre à rester de force, sauf à vouloir établir en France un régime digne de ce qu’a connu l’URSS dans les années 1930 à 1950, en surveillant les allers et venues, faits et gestes des citoyens par des fonctionnaires ... supplémentaires ?

Et puis pourquoi vouloir amalgamer patriotisme et fiscalité ?

Pensez-vous sérieusement pouvoir endiguer cet exode d’évadés fiscaux en les privant d’interviews devant les médias, en les privant de décorations ou en les empêchant de chanter la Marseillaise ?  smiley

Dans l’immense majorité des pays, la fiscalité n’est pas liée à la nationalité, à une exception près à ma connaissance, le cas des États-Unis qui taxent leurs ressortissants établis à l’étranger. Voudriez-vous que la France procède de même ?

Je vous rejoins toutefois sur un point, celui d’une détestation commune de ces stars honnies. Mais qui les a faites reines ou rois, sinon les médias eux-mêmes ?

Et puis parmi toutes les stars ayant pris le chemin fiscal helvétique, une seule à ma connaissance peut revendiquer la nationalité suisse, c’est Alain Delon qui est double national. Tous les autres que vous citez sont de bons Français. Donc pas la peine de les présenter comme Suisses.
Quant à Alain Delon, emmené dans les bagages de la délégation française qui accompagnait Sarkozy à l’exposition universelle de Shangaï pour y représenter la France, je me souviens qu’il avait fait une crise d’enfant gâté pour n’avoir pas reçu à temps - selon lui - son carton d’invitation. Alors oui, je pourrais dire avec vous Delon serviteur de deux maîtres, la France et ... son porte-monnaie, mais pas la Suisse en tant que telle ...

Cela étant, il faut tout de même rappeler que 200’000 Français sont établis en Suisse et que l’écrasante majorité d’entre eux ne sont pas des « exilés fiscaux », ces gens travaillent dans tous les secteurs économiques et bon nombre d’entre eux sont d’ailleurs double nationaux. Taxeriez-vous ces gens de « traitres à la Patrie » ?

Par ailleurs si 200’000 Français vivent en Suisse, sachez qu’il y a autant de Suisses qui vivent en France et qui y paient des impôts.

Alors ne pensez-vous pas que ce patriotisme fiscal, ce protectionnisme frileux, est un combat d’arrière-garde dans notre petite Europe ?

Helvétiquement vôtre !


Voir ce commentaire dans son contexte