Commentaire de j-p. bédol
sur Sarkozy-Guéant : halte à la surenchère religieuse


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

j-p. bédol 24 mars 2011 10:50

Chef plombier ou chef politique, c’est plus simple de dire à ses troupes d’attaquer tout en restant dans son fauteuil, que de faire travailler ensemble des compagnons pour construire un immeuble ou un pays pour créer de la croissance.

cela étant, comment l’ONU a-t-elle pu donner son accord ? C’est pour moi un mystère.


Voir ce commentaire dans son contexte