Commentaire de Mmarvinbear
sur 11/09/2001 : dix ans après, en finir avec la théorie complotiste !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Mmarvinbear Mmarvinbear 13 septembre 2011 18:26

« En l’espace d’une journée 4 pilotes ayant 40 h de vol sur Cessna à tout peter ont réussi pour la plupart à effectuer des manoeuvres hallucinantes sur des avions de lignes !!! Aucun n’a manqué sa cible !!! » : 


Faux. les pilotes présumés avaient plus de trois cent heures de vol en simulation sur Boeing.


Le même immeuble qui possède des défenses anti aériennes et donc propre système de radar le tout couvert par un cône d’exclusion aérien n’a pas été capable de voir venir l’avion de ligne pilote par Laverdure version islamiste. :

Il n’existe pas de batteries anti-missiles au Pentagone. L’aéroport civil Reagan y est à moins de cinq cent mètres, dans l’axe de la piste principale !

Le cône d’exclusion aérien n’a été mis en place qu’ après le 11/9.

Un avion de 45m d’envergure laisse un trou de 6m de large... : 


L’impact a laissé une marque au rez-de-chaussée de plus de trente mètres.


la tour Windsor de Madrid a brûlé pendant 15 heures ..trois étages se sont affaissés :

 comparaison imbécile : la tour windsor et le WTC n’ont pas la même structure interne. Autant comparer une pomme avec une orange.

On nous montre le site du crash du vol 93 et on retrouve des débris à 10 km !!! 

 : les débris trouvés à cette distance consistaient en feuilles de papiers.


 L’avion de la TWA qui s’est écrasé dans la mer au large de long Island en 1996 a lui été integralement reconstitué !!!il est vrai qu’il est bien plus facile de récupérer les morceaux d’un fuselage au fond de l’eau que sur la terre ferme. : 

Surtout qu’un avion a tendance à rester plus intact au contact de l’eau plutôt qu’au contact du sol...

Des dizaines de témoignages, parlent d’explosions, les pompiers dans le documentaire des frères Naudet décrivent des coulées d’acier fondu :

 les seuls témoignages parlent de METAL et non d’ acier.




Voir ce commentaire dans son contexte