Commentaire de Abou Antoun
sur Problème de l'orthographe : manque de rigueur, société de consommation ou bout rond ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Abou Antoun Abou Antoun 18 avril 2012 22:08

L’orthographe est sans doute, dans le déroulement normal de la scolarité, la première discipline qui se présente à l’élève comme un ensemble de règles.
Ces règles sont parfois complexes, parfois discutables, mais elles obéissent quand même à une certaine logique. On fera toujours des fautes dans la dictée de Pivot et autres exercices de virtuosité portant sur l’écriture des mots rares, mais cela n’est pas grave. En fait c’est mieux de connaître les redoublements de consonnes, les pluriels des noms composés, les accents graves indispensables, etc.. mais si on fait des fautes de cette nature, les correcteurs sont là pour nous aider et nous rafraîchir la mémoire.
L’orthographe peut être enseignée de manière parfaitement logique économisant ainsi la mémoire, mais cela n’est plus jamais fait, faute de programmes officiels clairs et peut-être aussi maintenant de compétences des enseignants.
Le plus grave c’est l’abandon des enseignements structurés et structurants. On grapille, on survole, l’orthographe comme l’histoire, partout le lien logique manque. On ne peut que regretter les sections classiques et l’enseignement des langues anciennes qui était doublement formateur, tant au niveau de la logique que de la maîtrise de notre propre langue. L’argument d’étymologie développé dans cette discussion n’a plus lieu d’être en un temps ou personne ne connait le latin.
Ces enseignements ont disparu et n’ont été remplacés par RIEN.
En fait on pourra trouver cette intervention et d’autres passéiste, nostalgique, mais on a fichu en l’air un système séculaire pour ne rien proposer de valable à la place de sorte qu’en l’état actuel des choses tout retour en arrière ne peut être considéré que comme un progrès.


Voir ce commentaire dans son contexte