Commentaire de fifilafiloche
sur Lettre à quelques militants de l'UMP


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

fifilafiloche fifilafiloche 8 mai 2012 19:58

L’émotionalité exprimée dans les discours et réactions est liée aux intérêts économiques de chacun. L’agressivité est l’expression d’un angoisse pour sa sécurité. Vous avez fait votre carrière dans la fonction publique et logiquement, vous défendez un point de vue étatiste, une solidarité de corps presque uniformément pavlovienne. Les réformes entreprises par Sarkozy pour moderniser l’économie française ont eu un effet similaire sur de nombreux membres de lobbies bénéficiant d’une égalité plus égale que les autres qu’ils appellent « droits acquis ».


Maintenant, n’importe qui avec deux neurones comprend que ces postures tiennent plus de la comedia del arte que d’une démarche profonde et sincère cherchant à anticiper les accidents pour les rendre évitables. Nous sommes un pays latin, le consensus social entre intérêts différents nous est culturellement étranger. La parole domine l’action, il nous faut avant tout briller.

Le débat de fond, sur des bases comptables, ne se fera de toute façon pas au niveau national. Les compétences ont été transférées progressivement au parlement européen, où, à force de gesticulation émotionnelles, nous perdons toujours plus d’influence. La notion d’unité culturelle, de peuple, s’est elle même diluée dans la masse continentale. Logiquementt, l’individu n’appartient plus à une nation, conséquence logique de l’ouverture des frontières. Dans un tel contexte, les approches manichéennes de gauche et de droite sont totalement archaiques et virtuelles. On a pu le voir avec le support officiel d’énarques « de droite » à un énarque de gauche, symptomatique de l’esprit de corps.

Ce qui est inquiétant, ce n’est pas le changement de marionnette à la tête d’un Etat européen, c’est surtout l’absence d’expérience de l’équipe qui l’entoure et qui sera chargée de représenter nos intérêts à l’échelon supra national. 


Voir ce commentaire dans son contexte