Commentaire de Corinne Colas
sur (II) Moins d'Etat, plus de responsabilité : les deux péchés capitaux de la France. Corporatisme et Etatisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Corinne Colas Corinne Colas 18 mai 2013 17:39
@ l’auteur

Vous employez plusieurs fois le mot « aristocrates » pour désigner les bourgeois des grandes écoles... Arrêtez svp car vous leur déroulez un tapis rouge, un petit rappel de sens est nécessaire ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aristocratie.

En bref si ceux-là sont « les meilleurs », votre article n’a pas de sens.

Quant aux aristocrates au sens héréditaire comme on l’entend généralement, il est bien de rappeler que c’est grâce aux députés issus de la noblesse que les privilèges ont été abolis la nuit du 04 août, les députés bourgeois y étaient eux opposés. Heureusement qu’ils n’ont pas eu tous la tête coupée...

« L’étatisme est l’exercice du pouvoir de l’état et son intervention dans la société. »

Tout à fait mais vous êtes en retard d’une guerre. L’idée de réclamer « moins d’état » à une époque où il n’y a pas d’Etat avec majuscule, est curieuse. Le « trop d’état » se situe désormais au niveau de la commission européenne qui s’immisce dans tous les détails de notre vie et réglemente sur n’importe quoi grâce à une foultitude d’experts et de fonctionnaires de bureau. Le château de Kafka à côté, c’est de la rigolade comparé au totalitarisme administratif... Vous parlez de « cadres dirigeants » pour désigner nos têtes d’oeuf françaises, je voudrai bien savoir ce qu’ils dirigent ! Ne sont-ils pas justes des contremaîtres chargés de veiller à l’exécution des ordres venus de plus loin encore que Bruxelles ? Les diplômes sont dévalués même pour les énarques aujourd’hui... 

En bref, vous conspuez l’étatisme et tout le monde est d’accord avec vous, moi la première mais en réalité, c’est pour mieux chanter les bienfaits du capitalisme. Pourtant qu’il soit d’Etat ou privé, cela reste le contraire de la vraie liberté. Concernant cette « entrave à la concurrence » par exemple dont vous vous faites l’écho, y croire, ce serait accepter aussi la fausse théorie de la main invisible. Quant au « modèle social » que vous évoquez, on a beau cherché, il reste introuvable... 

Parisot, sortez de ce corps !






Voir ce commentaire dans son contexte