Commentaire de Bur K
sur Les idiots utiles du néocapitalisme mondial


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Bur K Bur K 6 juin 2013 16:38

Je n’avais pas vu votre dialogue (je ne consulte mes mails qu’une à deux fois par jour)


Comme je le disais, une traduction et toujours une trahison.

En vous lisant, d’abord je précise que ce n’est pas un proverbe, mais une simple phrase de moi. Finalement j’opterai pour une variante en traduisant : « tu fais de tes amis tes ennemis, car ton regard est faussé (ou ton œil est trompé) ». 

Mais j’aurais pu ajouter ce qui peut être prix pour le pendant, mais ne l’est pas tout à fait : 

جعل لكم أعدائك أصدقائك، لأنه خدع العين

Soit : « tu fais de tes ennemis tes amis, car son œil est trompé ».

Pour l’explication de texte, je dirais que la première phrase indique qu’il y a une fausse interprétation sur la personne : tu la prends pour ton ennemie, alors qu’elle est ton amie (ton œil est trompé par les apparences et ton manque de discernement).

Dans la seconde phrase, elle désigne une alliance avec ton ennemi clairement identifié, auprès de qui tu te fais passer pour son ami : tu trompes son œil pour fausser son discernement et qu’il croit que tu es son ami

C’est ce qu’a fait JL avec Philouie, qui s’est fait avoir comme un gentil poisson qui mort à l’hameçon. 

Je ne porte aucun jugement moral sur les faits. Mais je trouve que c’est révélateur des personnalités. Et je ne peux m’empêcher une fois encore de me répéter : 

« Deux personnes – deux consciences, dit Hegel – s’affrontent dans une lutte de pur prestige. Chacun cherche la reconnaissance, c’est-à-dire veut que l’autre s’incline devant lui, admette sa valeur, renonce à la contester. Le combattant qui a été jusqu’au bout de son désir, sans faiblir, y compris devant la peur de la mort, devient le “maître” de celui qui n’a pas su faire la même preuve de sa liberté. » 

Ça me rappelle à l’école primaire un garçon qui répétait souvent : « dans la vie, il y a les Q botteurs, et les Q bottés. » On se moquait de lui, parce que son père était un élu communiste et militant dans le village, et qu’il se comportait en tyran avec tous ceux qui n’étaient pas communistes. 

Chiche, on se retrouve tous les trois, un de ces quatre, à Paris ? À la Sorbonne ? 
Bonne fin de journée smiley

Voir ce commentaire dans son contexte