Commentaire de jack mandon
sur Mourir pour des idées ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jack mandon jack mandon 8 juillet 2013 13:31

Soi-même,

J’ai par nature fait le choix de dévoiler imprudemment
beaucoup d’information sur moi et mes activités.
Le paradoxe, j’affronte des personnages fictifs, dissimulés
derrière un pseudo, une icône. C’est déjà inégal et déloyal.
Si la communication est difficile, ce n’est pas de mon fait.
J’ai choisi l’ouverture, la sincérité et la liberté de jeu.

Chez les amérindiens, civilisations de la nature, il est
un principe clair et incontournable.

Quand le guerrier entre en guerre, il se peint le visage,
s’affuble de plumes et d’amulettes pour montrer qu’il est
en conflit. Il est ici et maintenant, bien distinctement.
L’assaillant n’a aucune difficulté pour l’identifier.
On ne touche pas les femmes, les enfants, les vieillards.

Evidemment, cela pourrait faire sourire les guerriers modernes
qui se comportent comme des lâches, du terroriste fou qui
déclenche une bombe dans un lieu fréquenté par des êtres
sans défense, ou l’aviateur sophistiqué et inconscient qui
par le seul actionnement d’un bouton anéantit en une fraction
de seconde un site habité.

Vous et vos semblables ne pouvez avoir de revendication,
d’exigence, de dialogue et débat sincères.
Et pourtant, vous avez l’outrecuidance d’intervenir.
vous n’êtes pas le seul. C’est maintenant entendu et généralisé.
Mais est ce vraiment utile d’expliquer ?

 


Voir ce commentaire dans son contexte