Commentaire de Alinea
sur Ballade en quête de liberté


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

alinea Alinea 27 juillet 2013 10:00

Ah ! c’est bien de parler du rêve, ma muse, mes soins, dans ce monde où plus personne ne s’en souviens, trop occupé, trop préoccupé par ailleurs.
Ce ruban me fait plutôt penser à la fascination pour l’illusion ; personnellement j’y vois un espace fermé qui tourne en rond ! mais avec charme !
Quant à Éluard, cette poésie était « la poésie » de mon père, et j’y ai eu droit pendant toute mon enfance !( petite pointe de nostalgie !)
Pour moi la liberté est exactement ce que décrit Nietszche
Jack, pourquoi n’avoir pas écrit : pour que je naquisse ?
Le rêve influence la journée, son humeur, sa force... pendant les périodes moroses, les rêves s’enfuient dès l’aube des yeux ouverts, effrayés par les soucis et les chagrins trop violents... c’est fragile un rêve


Voir ce commentaire dans son contexte