Commentaire de jack mandon
sur Ballade en quête de liberté


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jack mandon jack mandon 28 juillet 2013 09:05

Jason bonjour,

Je reviens sur votre commentaire.

Il m’interpelle car il me parle de personnage que j’ai abordé
sous d’autres angles.

Breton, le chef du groupe surréaliste, l’écriture automatique
avec Aragon, Eluard, Desnos, Delteil...etc
Pour ce dernier, Joseph Delteil, l’ami de Henry Miller.
Un écrivain français que le groupe rejeta, il était chrétien.
Il faut savoir que Breton était stalinien et au fond intolérant.
Les hommes ont des points d’ombre, les artistes surtout.

Cette entrée en matière pour souligner qu’il faut se garder
de prendre un parti catégorique sur un homme ou un papier.

De toute façon, un papier intéresse surtout son auteur.
La plupart du temps il n’est pas lu mais jugé à l’aveugle.

Quant à l’inconnu et au connu, je les ai volontairement mêlé,
introduisant le ruban de Moëbius, qui vaut bien sur
ce que l’on a envie de voir. C’était métaphorique.

Ce que vous dites sur les rêves me prouve que vous survolez
le sujet et ne pratiquez pas dans ce domaine.

Les choses valent pour ce que l’on apporte.
Quand on n’a rien à y placer elles sont insignifiantes.

« Pour Nietzsche, je préfère aller voir ailleurs,
son surhomme ne me donne pas envie de le connaître. »

Ce qui veut dire en clair, je ne le connais pas et porte un jugement

Superficiel, partisan et surtout de mauvaise foi.
Intellectuellement très discutable...mais on ne discute pas.


Voir ce commentaire dans son contexte