Commentaire de Dague Munegu !
sur La principauté de Monaco, vitrine technologique ? Anachronique !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Dague Munegu ! (---.---.43.74) 30 mars 2006 15:22

Etant un citoyen Monégasque, qui n’appartient à aucun parti politique, donc aucune promotion de ma part, qui a le courage de dire ici les choses telles que je les ai vu et qui continue de les voir de part mon entourage et donc en parfaite connection avec la réalité. Je tiens à préciser que je suis parfaitement sein de corps et d’esprit au cas où on essayerait de démontrer le contraire.

On voit bien qu’il y a un décalage entre la réalité et ce qu’on nous oblige à penser. Oui peut être que l’on se connait, peut être révélerez-vous mon nom, je vous en souhaite bonne chance. La délation est sévèrement punie quand même.

On sait très bien qu’un Monégasque ne sera jamais dans la rue car on est obligé de l’aider, pour combien de temps on ne sait pas encore. Même si certains souhaitent camper momentanément sur la Place du Palais pour manifester leur colère, on leur trouve toujours vite une place, plus ou moins bien, au chaud, tout dépend leur nom...

Et oui le chômage touche bien les Monégasques, et comme je l’ai dit plus haut, ceux qui ne travaillent pas sont malheureusement assimilés aussi à des mongoliens. J’ai parfaitement connaissance qu’ils existent aussi des profiteurs en tout genre, comme partout dans le monde, d’ailleurs. On ne compte pas bizarrement les Monégasques obligés d’aller travailler à l’étranger car ils ne trouvent pas d’emplois correspondant à leur recherche ou niveau d’étude dans leur propre pays d’origine. Jusqu’à preuve du contraire, on est encore libre de choisir le secteur, le métier ou le poste que l’on souhaite. Voilà comment Monaco se félicite de son succès sur le chômage avec un taux assez bas. En conseillant fortement de travailler à tout prix, quelque soit le secteur et poste trouvé.

Le secteur du privée est la solution alternative, où là, l’embauche des Monégasques est très restrictive car les entreprises ont peur de tomber sur de « fortes têtes » et de ne plus pouvoir s’en débarrasser. C’est pour cette raison qu’une loi exonère dorénavant l’employeur de charges patronales pendant une période déterminée, lors de l’embauche d’un Monégasque. Oui, le Monégasque se brade !

Lorsque l’on voit des étrangers (ou non nationaux) dans l’administration, sur des postes de catégorie « B » (bureautique env. 2000 euros mensuel minimum), constamment renouvelés par des chefs de Services sans scrupules, et dont leur niveau d’étude et intellectuel démontrent un favoritisme probant devant la candidature d’un Monégasque avec un niveau supérieur dans tous les domaines, on ne se pose plus de question à ce stade. On vous dira que le pauvre petit Français ou autre ne peut plus être remplacé de part son ancienneté sur le poste en question. De même les renouvellements (certains Avis de Recrutement), ne sont plus publiés au Journal Officiel, une sorte de protection contre le Monégasque qui est qualifié de « gros gourmand ».

Je vous rejoins aussi donc sur le point que je ne félicite pas non plus Valéri par ses promesses qui lui ont permis de dégager la Famille Campora (CN + Mairie) mais qui n’ont pas été tenues. Bien que la Mairie est sur la continuité de ces prédécesseurs puisque la même liste fut « imposée » aux dernières élections...On aura tout vu. En ce qui concerne ses affaires, son prédécesseur à fait pire, ce n’est pas une raison me direz-vous mais dans le domaine de la politique c’est inéluctable.

Mais le Monégasque n’est pas dupe, on saura choisir un nouveau parti à l’échéance venue (bien que j’en préfère aucun) pour espérer voir toutes ou une majorité de ces promesses réalisées un jour...

Malheureusement le Conseil National n’a aucun pouvoir pour casser le monopole dans le secteur des télécommunications. Cela révèle de la compétence du gouvernement et de l’accord du Prince avec les conseillers actuels de son père qui tardent à être remplacés, puisque les Conseillers de Gouvernement sont nommés directement par le Prince.


Voir ce commentaire dans son contexte