Commentaire de jack mandon
sur Diogène, le cynique, ou la mauvaise conscience du monde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jack mandon jack mandon 3 octobre 2013 12:31

Fergus,

Pour la métaphore à l’endroit du sportif que vous êtes,
Dans un environnement olympique se vivent deux modes d’expression.
Dans les gradins ceux qui brament, gesticulent et projettent leur émotion,
dans l’arène, au contact du réel, les athlètes donnent le meilleur d’eux mêmes.
On fait selon ses moyens. N’est pas centré et responsable qui veut.
Bien sur il n’est pas question de mépriser ceux qui ne peuvent vivre dans la lumière
mais leurs faire prendre conscience que chacun doit vivre dans sa lumière avec
confiance et sincérité au lieu de fantasmer dans la lumière des autres.
C’est à dire dans l’ombre des champions, au risque de ne jamais exister.
Il n’y a pas le cynisme bon et mauvais, à la manière archaïque ou religieuse,
il y a le bon ou le mauvais choix pour soi-même.


Voir ce commentaire dans son contexte