Commentaire de Christian Labrune
sur Les tribulations de l'amour courtois


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 23 octobre 2013 11:18

@Roungalashinga
Vous avez raison, et les vieilles légendes colportées par l’histoire populaire ont la vie dure. Le moyen-âge aimait l’hygiène, et les établissements de bain seront nombreux à Paris jusqu’au XVe siècle. Ils furent finalement fermés parce qu’ils étaient aussi des lieux de prostitution. C’est à partir de la renaissance que les choses commencent à se dégrader, et quand on lit le « journal » d’Héroard, médecin de Louis XIII, où sont minutieusement consignées toutes les observations relatives à l’enfance du jeune roi, on est saisi d’horreur : les nouveaux-nés restent saucissonnés pendant des mois dans des sortes de bandages qu’on change évidemment, mais l’usage de l’eau et les lavages sont assez mal vus, on préfère se contenter d’essuyer. Le bouquin de Stani Pérez « La santé de Louis XIV » comporte aussi toute sorte de renseignements très intéressant sur ce qu’était l’hygiène au XVIIe siècle.
Pour ceux que ces question intéressent, il faut lire l’excellent ouvrage d’Alain Corbin « Le miasme et la jonquille », consacré surtout au XIXe siècle, où on apprend des choses assez surprenantes. Je viens de trouver sur l’internet un article dont je n’ai lu que le début, et qui semble faire assez bien le point sur la question. C’est ici :

http://medieval.mrugala.net/Bains/Bains.htm


Voir ce commentaire dans son contexte