Commentaire de philouie
sur La survie humaine au risque de l'absurde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

philouie 29 novembre 2013 21:49

Mandon,

si je parle du christianisme ce n’est pas pour parler d’un christianisme mythique et fantasmé qui n’a jamais existé.
je parle du christianisme réel, celui qui est fait de dogmes, d’églises et de rites.
Et en particulier quand on évoque la question de la laïcité et de la loi de 1905, on est bien obligé de dire que cette loi s’inscrit dans une histoire politique qui va de Théodose, qui passe par le sacre de Charlemagne et qui finit en République. on efface pas 1600 ans d’histoire en invoquant un dire qui si vous le regardez attentivement, n’est aucunement incompatible, bien au contraire, avec la gouvernance à deux têtes, celle qui sépare le pourvoir temporel du pouvoir spirituel et qu’on a communément nommé l’alliance du sabre et du goupillon.

Alors le christ, l’évangile veut peut-être dire autre chose que ça, mais la réalité du christianisme, c’est son église. Et pire , je pense que vous avez des difficultés de vous abstraire de cette histoire pour penser réellement le religieux.
Mais si à nouveau vous regardez avec attention vous verrez que l’Islam va beaucoup plus loin que l’évangile, puisqu’il affirme, non pas qu’il faut rendre à César ce qui appartient à César, mais qu’en affirmant qu’il n’y a de dieu que Dieu, l’Islam affirme qu’il n’y a pas de César.
Dieu au dessus, pas à coté, ni avec mais au-dessus. c’est dire que Dieu prime
(ce que Gollum nous a d’ailleurs fort justement rappelé en citant la baghavad gita.)

J’ai par ailleurs toujours soutenu que « l’Islam politique » était voué à l’echec parce qu’ilse présente toujours comme une tentative de gouvernance à la sauce islamique mais selon le modèle de gouvernance à l’occidental : On est alors dans la concurrence des sectes qui se battent pour le pouvoir, ce qui n’a rien à voir avec l’Islam. Pas d’église, pas de clergé. Ce sont les musulmans qui font l’Islam et pas les structures politiques.
Mohamed VI en tant que commandeur des croyants n’a aucun pouvoir sur les musulmans. Son titre est le signe d’une allégeance et non d’un pouvoir.


Voir ce commentaire dans son contexte