Commentaire de Piotrek
sur Histoire des relations publiques au cours du XXème siècle 1


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Piotrek Piotrek 1er décembre 2013 13:43

Les études modernes, menées depuis 30 ans sur la cognition valident certaines intuitions de Freud.

- 98% de l’activité cérébrale est inconsciente, et nous n’avons aucun accès conscient quant au fonctionnement inconscient. Nous n’avons pas de vue objective sur nos pensées.

- La logique, la cohérence, la démarche scentifique dans la décision demande un réel effort qui n’est pas systématiquement entrepris. Toute information captée par l’être humain passe par deux filtres avant d’acceder à la partie cognitive de l’homme :
1) La partie reptilienne du cerveau : reflexes, fuite ou ataque...
2) La partie affective/sociale du cerveau : amour/haine, paternité/maternité
3) Enfin seulement la partie rationelle : logique, mathématique

Voila pourquoi la peur est si puissante dans nos décisions : car c’est le premier juge pour toute information.
Voila aussi pourquoi il existe aussi la différence entre la peur (impliquant le premier filtre) et le stress (qui implique les 3 filtres)
Voilà aussi pourquoi les expériences ont prouvé que l’homme est plus généreux quand il voit une fillette en pleurs plutot qu’une catastrophe photographiée depuis un avion.
Nous raisonnons avec nos sentiments et moins avec notre logique

- Tout au long de notre vie, nos experiences nous conduisent à construire un cadre référant de valeurs, processus nommé framing. C’est ce qui nous différencie en tant que personnes, c’est ce qui explique qu’il existe des libéraux et des communistes.
Le méchanisme neurologique qui permet la construction de valeurs a été scientifiquement décrit pour la première fois en 1991 sur des écrevisses.
C’est pour cela que nous sommes dépendants autant de la scène que de l’acteur dans nos décisisions, pour nous l’idée compte tout autant que la façon de présenter l’idée.

- Toujours dans l’idée du framing, chaque mot est visualisée intérieurement comme une forme physique, on dit souvent que l’on cerveau a un fonctionnement symbolique.

- Le fonctionnement de notre cerveau est associatif, chaque nouveau concept doit s’intégrer en fonction de l’existant, existant dont nous n’avons que très peu conscience comme dit précédemment

C’est avec ces constatations scientifiques qu’il est possible et même facile d’influencer l’individu en dehors de toute cohérence ou vérité. L’effet de foule ce n’est juste qu’ajouter un filtre supplémentaire en travers de la route vers le raisonnement de l’individu.


Voir ce commentaire dans son contexte