Commentaire de philouie
sur La survie humaine au risque de l'absurde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

philouie 12 décembre 2013 21:05

La violence impensée.

Jung nous dit qu’en absolutisant le bien, il n’est plus possible de penser le mal autrement qu’en le diabolisant.
C’est ce qui arrive à la violence comme c’est arrivée de la sexualité. ça devient tabou.

Françoise Dolto, comme Didier Dumas, ont souligné cette difficulté qu’il y avait de parler de la sexualité : la pornographie n’étant encore qu’un moyen de ne rien en dire.
Cela provient simplement que si Dieu est tout du coté du Bien, la sexualité vécue comme un mal est tout du coté du Mal. son affaire est entendu, il n’y a plus rien à en dire.

La violence rentre dans la même problématique.

Quand Pierre Régnier nous accuse de dire qu’il y a une « bonne violence », il suggère par là qu’il n’y a de violence que mauvaise.

Or si, ne pas penser le sexualité conduit à la perversion de la sexualité, ne pas penser la violence conduit à la perversion de la violence.

De la violence impensée, on passe à la violence inconsciente.


Voir ce commentaire dans son contexte