Commentaire de philouie
sur La survie humaine au risque de l'absurde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

philouie 22 décembre 2013 14:15

je reposte ici un texte plus ancien à propos de l’orientation dans le prière

..., la question de l’orientation, est tout à fait intéressante, surtout lorsqu’on la met en parallèle avec l’enseignement qui dit que partout où l’on se tourne nous sommes face à Ses Faces : il nous suffit d’être là pour être en Sa Présence. Mais si la religion nous enseigne de nous diriger vers le temple, c’est parce qu’en vérité, nous ne vivons pas dans l’espace divin, nous sommes des égarés (les chrétiens parle de chute qui nous éloigne de la présence divine) et nous devons faire retour, c’est à dire nous diriger vers Lui.
il y a ici une apparente contradiction entre l’Absolu Présence Divine et la nécessité de nous diriger vers où nous sommes déjà. cette contradiction vient de ce que nous vivons dans le monde du relatif et que ce monde du relatif n’existe qu’en tant qu’il est séparé de Dieu.
C’est dire que la Présence est d’abord absence : si la seule Réalité est le monde divin, nous vivons intégralement dans le monde de l’illusion, dans le monde profane.

S’il semble que le monde profane à prééminence sur le monde divin, ce n’est, en quelque sorte, que par effet d’optique, par aveuglement à la Réalité.

Notre réalité n’est pas la Réalité, et l’orientation vise à nous diriger dans ce monde illusoire pour aller où nous sommes déjà, absolument, dans la Présence Divine.

En ce sens, le sacré serait un espace intermédiaire, une porte, entre notre réalité, illusoire, mais dans laquelle nous vivons, et le Réalité, Unique, de la Divinité. Le sacré est ici un élément de la réalité illusoire mais qui nous conduit à connaitre la Réalité Absolue dans laquelle la distinction entre le sacré et le profane n’a plus de sens puisque tout y est face à Sa Présence.

En ce sens, l’orientation est l’acte délibéré par lequel on s’abstrait de la réalité immédiate pour se mettre face à Sa Présence.

De quoi parlons nous ?

D’une ville, d’un temple, d’une pierre ?

Il n’y a de dieu que Dieu !

Quand il déplie son tapis de prière et avance dessus, le musulman entre dans la Présence Divine, et se tourne face à Ses Faces.

Vivant dans l’oubli de Dieu,
N’étant en Sa Présence
Qu’en Son Souvenir.

Il se tourne vers la mecque

D’où vient le Rappel.


Voir ce commentaire dans son contexte