Commentaire de jack mandon
sur La survie humaine au risque de l'absurde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jack mandon jack mandon 24 décembre 2013 06:35

Gaijin,

c’était brel : la quête
tu connais surement sinon je t’en trouverais une autre

Bien sûr je connais, c’est à dire que je l’incorpore, le fait mien donc.

Par le passé j’avais sorti un article sur ce poète en mettant l’accent
sur ce héros qui au fond se confond avec le mythe de Cervantès.

Je lisais vos commentaires, philouie et toi.
Manifestement nous avons tous une manière de nous prendre la tête.
La relation à Dieu est vraiment identitaire. Ma manière est autre, plus
sensible, artistique que théologique.
La théologie fut pour moi d’un ennui à me faire perdre la foi.
Je pense à tous ces êtres qui ne manient pas les mots, les concepts,
heureusement pour eux, l’intuition leurs permet d’établir des liens avec
l’irrationnel et d’entrer aisément dans les métaphores de Jésus.
Ainsi ils savent sans l’exprimer que devenir un enfant suffit à l’accord.
C’est une raison suffisante pour faire preuve d’humilité.
Enfin merci pour tes interventions
Polémos, chez Socrate permet de libérer l’agressivité,
c’est indispensable d’affronter, de libérer ses pulsions, il est même
normal de sortir du politiquement correct, au risque de blesser.
J’évoque Jésus car, c’est pour moi le modèle le plus tangible.


Voir ce commentaire dans son contexte