Commentaire de Dany romantique
sur Le Pen contre Moscovici 1 à 0


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Dany romantique 4 février 2014 11:07

Vous n’avez pas compris ? on explique : 

de même que les prix qui étaient en francs n’ont pas été multipliés par 6,56 au consommateur dans la nuit du passage à l’euro, le retour au franc ne va pas diviser les prix par 6,56. 
Le nominal ne change pas la valeur intrinsèque d’une production. Le cours mondial des monnaies donne une parité différente de pays à pays. 1 franc=1 euro c’est exact dans le libellé.
Le marché monétaire va réagir cependant par une dépréciation d’environ 20% sur le nouveau libellé(nominal). 
L’impact à la hausse sur le prix de l’essence à la pompe ne sera pas de 20% plus cher. Pourquoi ?
1/ le prix du litre est formé de 75% de taxes, donc pas d’affaire de parité monétaire.
dans ce cas il reste 25 % du prix qui subira la dévaluation de 20% ce qui donne 5% de hausse au litre. Si c’est dévaluation de 30% cela donnerait 7,5% de hausse.
2/ les pays producteurs, étant avant tout des VENDEURS se chargeront -on peut leur faire confiance, pour écouler leurs productions - de corrigerer les prix du marché afin de ne pas rendre sensible l’effet nouvelle parité. Dans dans le cas contraire la baisse des achats du brut conduirait d’elle même à un effondrement des cours mondiaux du pétrole brut. Ce qui baisserait mécaniquement les prix du marché...Et oui il faut tout dire.
Comprendo ? C’est Jacques Sapir qui explique très bien ce phénomène.

Par ailleurs l’effet négatif du cours actuel de l’euro plombe les exportations françaises tout azimut. Exemple ? Un Airbus qui était à parité 1 euro = 1 $ en 1999 vaut -de fait- 35 % plus cher à l’export sur le prix catalogue, à même coût de production. 
C’est insupportable, y compris pour les TGV, le métro export Alsthom, la production automobile, les centrales d’Aréva, le luxe, la production agricole, etc...

Pas de dévaluation ni de dépréciation de l’Euro du fait de la BCE conduira de fait à un effondrement des économies des pays de zone. Cela prend du temps certes mais c’est garantie ! Lente agonie, déjà 15 ans de super crise.
Sauf à baisser petit à petit salaires et pensions en France de 20 % minimum.... 
Ca c’est l’orientation camouflée de Bruxelles et du Médef : la compétitivité des coûts et des prix de production.
C’est ce que dit a moitié -car discours impopulaire- Moscovici...
Vous ne comprenez toujours pas ??

Voir ce commentaire dans son contexte