Commentaire de Christian Labrune
sur Libye, gangrène de l'Europe du Sud ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 5 septembre 2014 11:57

Henri,

Je prends soin, ci-dessous, de répondre point par point, à toutes les phrases (que je reproduis en gras), de votre message, et en supprimant l’inversion ironique des propositions pour un lecteur qui n’aurait pas lu ce qui précède

ce sont les Juifs qui au nom d’Adounei ont expulsé par milliers des Palestiniens qui s’y étaient indument installés depuis des millénaires,

On n’a commencé à parler des Palestiniens qu’après la guerre de 67. Le terme est inventé par les Russes, alliés des Egyptiens. Le peuplement druze, du côté du Golan, est probablement très ancien (je n’ai pas le temps de vérifier) mais les Arabes n’arrivent en Palestine que quelques dizaines d’années après la mort de Mahomet. Le temple d’Hérode détruit en 70 n’a certainement pas été construit par eux ! Le dôme du Rocher date de 691.

que ce sont encore eux qui ont construit un mur de la honte de 720 kilomètres de long, expropriant bon nombre de terres palestiniennes rentables,

Ce mur (et il s’en est construit récemment beaucoup dans le monde répondant à une nécessité à peu près comparable), a été été construit pour empêcher les attentats à la bombe, lesquels auront fait plus de morts parmi les civils que le dernier conflit à Gaza. Les ennemis d’Israël oublient évidemment de les comptabiliser. Ils s’en foutent, quand ça ne les réjouit pas.


annexé une grande partie de Jérusalem, confisqué des habitations
palestiniennes,

Je me contenterai de recopier un morceau d’article de Wikipedia « Quartier juif de la vieille ville de Jérusalem »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Quartier_juif_de_la_vieille_ville_de_J%C3%A9rusalem

Le Quartier juif est l’un des quatre quartiers traditionnels de la vieille ville de Jérusalem. Il est dans la partie sud-est des murailles de la ville et s’étend depuis la Porte de Sion au sud puis longe le quartier arménien à l’ouest jusqu’au Cardo au nord et jusqu’au mur Occidental et au mont du Temple à l’est.

Le quartier a eu une histoire riche d’une présence juive continue depuis l’époque romaine. En 1948, sa population de 2 000 Juifs fut assiégée et contrainte au départ en masse. Le quartier est alors resté sous domination transjordanienne jusqu’à sa conquête par les parachutistes israéliens au cours de la Guerre des Six Jours en 1967. Le quartier fut découvert saccagé et d’anciennes synagogues y avaient été détruites. Le quartier fut restauré. Sa population est aujourd’hui de plus de 5 000 personnes et des institutions destinées à l’Éducation s’y sont notamment installées.

qui ont jeté aux orties les quelques 160 résolutions de l’ONU les condamnant en les sommant d’être plus « humains »etc... etc...

Israël est le pays qui a le plus souvent été condamné par des résolutions de l’ONU depuis que le « machin » existe. Pays le plus violent du monde ? Plus violent que celui des el-Assad ou que l’Iran ou la Corée du nord ou le Kampuchea démocratique ou d’autres pays africains ? Non point, mais il y a une majorité de pays arabes à l’ONU, et de pays qui les flattent : voir la politique constante du Quai d’Orsay.

L’antisionisme dans sa forme actuelle commence avec la conférence de Bandung en avril 55. C’est là que l’ancien mufti dont je parlais dans le message précédent, lequel avait miraculeusement échappé au tribunal de Nüremberg, a su encore très bien encore une fois exercer sa détestable influence. Ci-dessous, extrait de l’article Wikipedia qui lui est consacré :

Ainsi selon Léon Poliakov, Amin al-Husseini a également joué un rôle pivot dans l’alignement de pays africains et asiatiques sur les positions antisionistes défendues par les pays arabes29. En effet, il a convaincu en avril 1955 la quasi-totalité des vingt-cinq participants à la Conférence de Bandung30 qui n’avaient jusqu’alors pas d’avis arrêté sur ces questions leur apparaissant comme très éloignées de leurs problèmes nationaux immédiats, au sortir de l’époque coloniale. Représentant le Yémen (où il n’avait jamais été) à la Conférence, Amin al-Husseini s’est efforcé de « révéler les véritables visées sionistes », à savoir « la constitution d’un vaste empire s’étendant du Nil à l’Euphrate
- et incluant notamment la ville sainte islamique de Médine ». Certes, les autres orateurs arabes ont aussi prononcé des discours anti-israéliens à cette Conférence, mais Amin al-Husseini a été le plus éloquent et il a convaincu son auditoire au point que, selon le compte rendu paru dans
Le Monde du 20 avril 1955, « la résolution anti-israélienne a été le seul point d’accord de la conférence31 ».



Voir ce commentaire dans son contexte