Commentaire de Christian Labrune
sur Libye, gangrène de l'Europe du Sud ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 6 septembre 2014 09:21

J’entendais ce matin la deuxième partie de l’émission « Le secret des sources » sur France culture. Une sociologue rappelle quelques statistiques très intéressantes :
Les Français, après la création de l’état d’Israël, lui sont, dans leur très grande majorité, extrêmement favorables, au moins jusqu’à la guerre de 67. La proportion se réduirait aujourd’hui à 14% (j’en suis !). Mais la France resterait en Europe le pays le plus favorable à Israël.
Il reste que durant l’actuel conflit, 70% des Français se refusent à prendre parti pour un camp plutôt que pour l’autre.
Un pour cent seulement des Français seraient encore hostiles à l’existence de l’état d’Israël et rejoindraient donc les positions de l’Iran ou du Hamas. C’est dans cette infime minorité que se retrouvent donc l’extrême droite, le NPA et les jeunes de l’immigration directement soumis à la propagande des Frères musulmans sur des sites furieusement antisémites tels celui de l’UOIF ou plus encore oumma.com.

A la fin du débat, Arnauld Klarsfeld fait remarquer, puisqu’il s’agissait dans cette émission, de critiquer la manière dont la presse venait de couvrir le dernier conflit, qu’il n’a pour ainsi dire jamais été fait mention du septième article de la charte du Hamas prônant l’extermination des Juifs et sans lequel on ne peut rien comprendre à la nature à l’état des choses.
J’ai dû, ces dernières semaines, reproduire le dernier paragraphe de cet article une bonne dizaine de fois sur AgoraVox. Je suis bien le seul.
Réponse ridicule et embarrassée d’un journaliste. En substance : certes, mais personne n’a dissimulé cela, cet aspect n’a jamais été vraiment censuré.
Mais quand la presse se tait sur certains faits, on se demande bien comment un public médiocrement informé, entièrement dépendant du journal qu’il achète ou des journaux télévisés pourrait parvenir à les connaître ! Ce qui ne parvient pas à sa connaissance, au fond, n’existe pas.

Cette émission, dont je n’ai entendu que la deuxième partie, doit être déjà disponible en écoute différée.


Voir ce commentaire dans son contexte