Commentaire de asterix
sur Virus Ebola, Cuba va envoyer 165 médecins et infirmiers pour combattre le virus, les USA vont envoyer 3 000 militaires !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

asterix asterix 22 septembre 2014 17:53

Bonjour Chapoutier,

Autant je partage tes préoccupations et jugements lorsque tu nous informes sur l’Ukraine, autant ici je trouve ton discours assez réducteur ou, à tout le moins, pas vraiment fait pour me convaincre.
J’ai vécu quatre ans à Cuba...
Je m’explique : si quant à la comparaison entre la perception américaine et celle de la isla communista sur la lutte urgente à mener en Afrique noire contre la fulgurante explosion du virus Ebola, l’avantage va à cette dernière, il faut quand même tempérer le jugement sur base de faits établis.
USA = zéro + zéro + les G’Is OK, on sait !
Mais Cuba et sa médecine au service des peuples, c’est quoi ?
D’abord une gigantesque opération publicitaire destinée à jeter de la poudre aux yeux. Le fait est qu’un Cubain est de toute manière nettement plus mal soigné par ses companeros medicos du peuple que lorsque ceux-ci sont envoyés en mission à l’étranger. Bizarre, non ?
Ensuite, il est bon de savoir que tous les médecins envoyés en mission internationaliste ont suvi un cursus largement supérieur à celui prodigué à la moyenne des docs chargés de veiller sur la santé des autochtones. Sans aucunement exagérer, leurs compétences tellement vantées par la Fidel company ne valent pas celles d’un aide-infirmier, qu’il soit canadien ou albanais.
De plus, ils doivent partir seuls et sans leur famille. Mieux et vérifiable, près de la moitié ne rentrent jamais à Cuba, heureux qu’ils sont d’en être quitte pour toujours.
Dernier point, près du tiers des diplômés, malgré les avantages liés à la fonction ( voiture avec chauffeur, bons d’état prioritaires etc... ) préfèrent exercer un tout autre métier allant de cuisinier dans un hôtel international à chauffeur de taxi « a cuento proprio » que de perdre leur temps à n’avoir ni la volonté, ni de quoi soigner leurs semblables. Ils n’espèrent tous qu’une chose : ne pas être envoyé en province s’y faire enterrer dans un dispensaire local pour le restant de leurs jours, c’est la punition suprême pour les plus tièdes.
A Cuba, le régime décide seul de la carrière que vous aurez à accomplir. Tout au plus, le fait d’être membre du Parti ( la FEU pour les jeunes ) vous donne la possibilité d’émettre trois choix préférenciels.
Euh, bon à savoir : il n’y a que 20% de la population cubaine qui reste inscrite au Parti...
Mais tu as raison : malgré la pauvreté morale liée au si piètre communisme local, elle est encore supérieure à celle de la GRANDE Amérique, tu as enfoncé le coin là où il le fallait.
Je vote donc oui pour ton article
Bien à toi
Asterix  


Voir ce commentaire dans son contexte