Commentaire de Layly Victor
sur Le mystère des drones, à Fessenheim et ailleurs, s'épaissit


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Layly Victor Layly Victor 7 décembre 2014 11:26

Herr doctor Samba

Je vais encore me livrer, comme vous dites, à des excès de langage.
Je rappelle que vous avez dit vous même, dans un de vos articles récents, que votre objectif, en balançant un article toutes les semaines, bénéficiant d’une surprenante promotion de la part d’Agoravox, eu égard à la médiocrité du contenu, est de faire apparaître le nom Fessenheim avec une grande fréquence, pour les statistiques et pour faire pression sur la bande de bras cassés de l’Elysée.
Votre but n’est donc absolument pas l’information, et vous en seriez bien incapable, vu que vous en grapillez des bribes sans trop comprendre et que vous les mettez à votre sauce. La connaissance demande patience et efforts, et vous êtes trop paresseux pour cela.

Au sujet de la fermeture de Fessenheim, c’est définitivement non. On vous a déjà expliqué que la fragilisation du réseau, surtout dans ce secteur centre Europe, à cause de la folie verte Allemande et de l’intermittence qu’elle provoque, fait que la centrale de Fessenheim est un point stratégique. S’il y a fermeture d’un réacteur, ce sera à Flamanville, et pas avant la mise en service de l’EPR. Mamère, Duflot, Lepage et compagnie ont beau pleurer des larmes de crocodile, ce sera comme çà (il faut bien qu’ils justifient leur rémunération importante de parasites de la société).
Entendons nous bien : je ne veux pas dire que les gens qui se soucient de sûreté ou d’environnement soient des parasites, bien au contraire. Je veux dire que ces gens qui se paient une vie de sardanapale sur le dos du peuple par le truchement de l’anti nucléarisme politique sont des parasites méprisables, parce que justement, ils se soucient de l’environnement comme de leur première chemise.
A leur adresse, surtout à l’adresse de la Lepage, je rappelle que nous sommes au trentième anniversaire de la catastrophe de Bohpal :
3 Décembre 1984- 25000 morts (5000 en quelques heures et 20000 dans les semaines qui ont suivi)- 550 000 personnes ayant encore aujourd’hui des séquelles- le sol toujours contaminé aujourd’hui : l’Union Carbide a revendu l’affaire et le repreneur, l’entreprise Dow, refuse de s’en occuper. C’est la plus grosse catastrophe industrielle de tous les temps.
Tout le monde s’en fout. Ce drame n’atteint pas le niveau de votre éminente conscience, car ce ne sont que des Indiens pauvres.


Voir ce commentaire dans son contexte