Commentaire de howahkan Hotah
sur Triviale poursuite, éloge de la fuite


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

howahkan Hotah 14 janvier 2015 16:24

tu dis :

Autrefois, il existait encore des paysans d’humbles conditions qui, du fond de leur exploitation, au creux d’une campagne oubliée, ne connaissaient la grande ville régionale que pour l’avoir visité deux ou trois fois dans leur vie. Ces êtres humains, aux conditions de vie difficiles, apparentés, quant à la forme, aux victimes de la société, dans un conditionnement apparemment critique, n’étaient pas dans l’inhibition de l’action qui conduit à la maladie (somatisation) quelquefois à la mort...pourquoi ? Parce qu’ils contrôlaient leur modeste environnement. 

oui..en Bretagne d’où je suis originaire , je me rappelle de membres de ma famille vivant en retrait ayant fait à peine 10 km au delà de leur ferme et qui ne parlaient que Breton.....mais je crois que c’est une erreur que de regarder le passé avec nos yeux de maintenant..d’autant plus qu’il n’est pas possible de connaitre leur état d’esprit....certes ils contrôlaient plus que nous leur environnement et la qualité de leur nourriture qui pour eux allait de soi bien sur...entre jardin et animaux de la ferme on y mangeait bien....il y avait en ces temps mais qui existe encore en Bretagne une vie collective assez dense...que l’on retrouve lors de pardon ......et fest noz ,mais aussi entraide agricole etc etc...

cela dit pour moi la Bretagne en tant que telle n’est plus..sauf ici et là.......ca reviendra forcement..le mondialisme a marche forcé est une hérésie si malsaine que en tant que telle elle ne verra pas le jours sous la forme voulu....

cela dit derriere cela je vois la marque de quelque chose qui force.........

L’univers ne peut laisser la pensée gagner est ce que je crois percevoir..ca sonne assez dément mais j’ai l’habitude...


Voir ce commentaire dans son contexte