Commentaire de anomail
sur Tsipras avait raison, on ne négocie pas avec l'Enfer


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

anomail 6 février 2015 12:36

« c’est tout un peuple que ces bandits devront affronter. »

« Reconnaître cette dette publique, c’est maintenir le lien de subordination aux banquiers »

Bravo pour ces mots bien choisis.

Parce qu’au fond, ce à quoi on assiste actuellement ce n’est que la technique ultra-classique d’asservissement par la dette qui se pratique depuis longtemps à tous niveaux de la société, puisque l’argent EST de la dette.

Avant les banquiers « mangeaient » principalement des pays d’Afrique ou d’Amérique du sud, maintenant ils sont assez puissants pour s’attaquer à des pays « développés ».

Un exemple parmi d’autres :
http://www.dailymotion.com/video/x17idb_discours-de-thomas-sankara-a-addis_news


Voir ce commentaire dans son contexte