Commentaire de astus
sur Religion et politique : « frérocité » ou partage ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

astus astus 20 février 2015 14:56
La laïcité, qui a été mise à mal ces dernières années par ceux qui nous gouvernent, est le seul moyen politique de lutter contre le fondamentalisme religieux et il appartient à chaque citoyen de la faire vivre partout dans notre pays. Mais la laïcité n’est pas l’interdiction des cultes pour prôner l’athéisme, par exemple. Elle est le respect de toutes les croyances, et même de l’absence de croyance, si tant est que cela existe, et la séparation de celles-ci d’avec l’Etat. Car depuis la loi de 1905 le vivre ensemble dans la République ne repose pas sur un dogme auquel seules certaines personnes adhèrent, mais sur un débat démocratique qui concerne a priori tous les citoyens : « La religion est pour Dieu, la nation est pour tous » de Naguib Mahfouz fait ainsi écho à « L’Etat chez lui, les religions chez elles » de Victor Hugo. 
Mais il n’est évidemment pas tolérable de laisser s’installer une violence qui menace les personnes et l’Etat. Les frontières à établir sont donc nécessaires non seulement entre politique et religions, mais à l’intérieur de celles-ci, entre ceux qui partagent les règles de la vie démocratique du pays et ceux qui ne le veulent ou ne le peuvent pas, généralement d’ailleurs pour des raisons beaucoup plus politiques que religieuses. Les totalitarismes, d’où qu’ils viennent, n’ont donc pas de place dans notre pays et doivent être fermement combattus ce qui commence par l’éducation et ne concerne pas que les enseignants, loin s’en faut. 

Voir ce commentaire dans son contexte