Commentaire de César Castique
sur C'était quand, le commencement de la France ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

César Castique César Castique 4 avril 2015 10:15

« Bien que profondément attaché à mon pays… »

Pour affirmer cela, il faut faire l’impasse sur le délabrement qu’il subit dans des zones de plus en plus nombreuses et de plus en plus vastes, principalement peuplées de représentants des minorités dites visibles.

« … l’idée d’un continent intégré - de nature confédérale - s’inscrit dans la même logique… »

A cette différence près que les technocrates de Bruxelles jouent les travailleurs des pays mal-développés contre ceux des pays qui s’étaient industrialisés à partir du XIXe siècle. Et, par ailleurs, cette logique n’a guère d’emprise sur les regards que les peuples se jettent les uns sur les autres.

Les arrogants Teutons appellent « Club Méd’ », les pays méditerranéens, dont le PIB/hab est la moitié du leur. Et quand le Costa Concordia fait naufrage à proximité du Giglio, le « Spiegel » titre sur la couardise des Italiens en raison du comportement du capitaine, et le quotidien (national) « Libero » riposte : « Nous gardons Schettino, on vous laisse Auschwitz » Et tok !

« …que celle qui a conduit au fil des siècles à amalgamer dans le même Etat français des peuples de culture très différentes.  »

Pas si différentes que cela, si l’on en juge par les patrimoines littéraires, architecturaux et artistiques des différents pays d’Europe. Avec les cultures antagonistes, on change complètement de registre, que vous le vouliez ou non.


Voir ce commentaire dans son contexte