Commentaire de Mmarvinbear
sur Mythes et légendes indo-européens


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Mmarvinbear Mmarvinbear 6 avril 2015 10:59

@gaijin
Je suis rassuré, vous n’y connaissez rien. L’agriculture n’engendre pas la consommation massive de sucre. Avant la découverte de la canne à sucre, le miel était, avec les fruits, la seule source de sucre disponible. Autant dire que l’agriculture n’a rien à voir avec et la consommation restait très faible : l’étude des dentitions des crânes de l’époque montre que la carie était très rare. Le mal le plus endémique était l’abrasion des dents dûe aux meules à farine qui s’effritaient lentement. En mangeant du pain, les habitants de l’époque usaient leurs dents de façon prématurée.


La sédentarisation n’était pas non plus un problème. Le train de vie nomade est encore plus dangereux car les voyageurs sont tributaires des disponibilités alimentaires forcément aléatoires sur leurs trajet.

Les épidémies ? Elles ne sont pas tributaire d’un mode de vie ou d’un autre. Au contraire, on peut dire que la vie nomade facilite la diffusion des virus et des bactéries. Aux USA, ce sont les indiens nomades qui ont diffusé accidentellement la variole qui a décimé le continent après l’arrivée des européens. Quand les blancs sont arrivés à l’intérieur du continent, il avait été vidé de sa population des décennies avant.

En réalité, l’ élevage est une chance pour les sédentaires. La promiscuité engendre des mutations virales ( la grippe est née d’un virus aviaire passée au porc puis à l’homme ) et des maladies mais ces mêmes maladies engendrent aussi la mise en place d’une forte immunité. C’est qui a été fatal aux amérindiens. Ils n’ont pas eu la chance d’avoir des animaux domesticables au contraire des orientaux et des européens. ils n’ont donc presque pas eu de bétail et au contact des maladies européennes, ils n’ont pas été capables de résister alors que les colons ont eu résisté aux rares maladies amérindiennes.

Il ne faut pas croire non plus que le nomadisme engendre l’égalité... Certes, tout le monde ne travaille pas aux champs mais chacun fait sa part. Regardez les tribus mongoles. Depuis toujours, elles sont nomades et pourtant personne ne fait la même chose. Il y a les palefreniers, les menuisiers, les guerriers, ceux dévolus aux basses besognes, les chamans et les chefs, comme partout ailleurs !

Vos positions ne sont pas le fruit d’une réflexion mais d’une idéologie. A moins que vous n’arriviez à prouver que Gengis Khan était un agriculteur sédentaire...

Voir ce commentaire dans son contexte