Commentaire de Elliot
sur La dernière cartouche de Gérard FILOCHE !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Elliot Elliot 17 avril 2015 13:02

Gérard Filoche est bien sympathique mais il radote : il ne voit pas ou ne veut pas voir que le parti a déjà changé et que le processus a été entamé des 1983 quand Mauroy - sous la pression des marchés tout puissants - a pris le tournant de la rigueur.
Dèja à l’époque le PS s’abritant derrière le principe des réalités, celles que l’on ne veut surtout pas changer, a choisi d’entamer sa lente reconversion.

Lente parce qu’on y a mis des manières : on agitait les drapeaux rouges devant les estrades, on s’époumonait à chanter l’Internationale mais ce que les militants ne savaient pas encore, c’est que, derrière les mâles paroles de l’hymne aux peuple ouvrier, déjà se profilait le double discours qui prêtait allégeance à l’Internationale de la finance.

La suite n’a été pour les principes fondateurs qu’une lente descente aux enfers, condition nécessaire mais pas suffisante pour une ascension accélérée des « réformateurs » vers la respectabilité, ce don suprême octroyé par les marchés.

Ajoutons-y la porte grande ouverte aux carriéristes dont le cœur balançait entre deux formations jumelles, l’UMP sous ses différents avatars et le PS sans que leur choix de carrière impliquât le moins du monde l’adhésion à autre chose que la doxa libérale dont ils s’étaient nourris.

Le brave Filoche et ceux qui pensent comme lui et s’imaginent encore pouvoir peser sur les choix de la direction ne sont que des pitécanthropes attardés dans un milieu qui les rejette tout en s’en servant de caution pour les ahuris qui croiraient encore que le Socialisme se décline encore dans le parti qui s’en revendique.

Le meilleur service que le PS pourrait donner à la population, c’est de faire preuve d’honnêté intellectuelle et d’abandonner un sigle qui lui va si mal.
Ei la chose la plus conséquente que pourraient faire ceux qui y militent et ont mal à leurs idéaux socialistes , ce serait d’abandonner un navire dont le cap est mis aux antipodes de ce qu’ils revendiquent.


Voir ce commentaire dans son contexte