Commentaire de njama
sur Sol Invictus et la septante, instruments de l'impérialisme romain


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

njama njama 19 avril 2015 11:32

@andromerde95 & Aldous
Cette histoire de la Trinité n’a pas beaucoup fait avancer le bonheur sur terre, au contraire puisque cette interprétation théologique sur les écrits d’un Jean qui ne fut très probablement pas l’apôtre fait encore débat depuis Nicée et n’a convaincu personne. Ce Jean ne rapporte aucune parabole, bizarre ...faisait-il l’école buissonnière au lieu d’écouter les enseignements du maître ?
Il me semble que cette question est tout à faire secondaire, si pas inutile pour suivre la Loi, pour pratiquer le Bien, pour aimer autrui, son prochain qu’il soit chrétien ou non, et même incroyant.
Que visait ce dogme sinon que d’affirmer la divinité de Jésus, du Fils, et sa « consubstantialité » avec (ou en) Dieu, le Créateur, le Père de l’Univers. En soi, le fond était exact, sauf que dans la forme, cela ne l’était pas.
On pourra apprécier le récent Évangile d’Arès(consultable en ligne ici) il est encore trop tôt pour en apprécier la portée et les conséquences, mais néanmoins, il confirme totalement sa divinité, à ce détail près qu’elle ne lui était pas liée par nature à sa naissance, mais que le Père en a fait « un Dieu » en raison de ses exploits !

« Je suis Celui Qui a parlé par Jésus, Mon Second Fils, celui qui, après Élie, déjà glorifié, a renoncé au vœu d’Adam de dominer la terre et les nations pour le prix d’un tombeau glacé où M’attendre,
et qui fut plus glorifié encore. Celui que J’ai oint Moi-même. Celui dont J’ai effacé la tare à cause de ses exploits pour mettre ses pas dans Mes Pas, pour aimer Mon Peuple, en effaçant des registres de César son nom et le nom de sa mère des registres du temple, pour qu’il n’ait plus de génération, pour que sa mère restât une jeune fille, qu’aucune inscription de fiançailles ne demeurât, pour l’enlever à tout ascendant et le faire entrer dans Ma Maison Royale, en faire un Dieu en le fondant en Moi sans retour comme l’argent s’allie à l’or, pour former un miroir qui serait plus éblouissant que mille soleils si Je n’y faisais passer Mon Souffle pour en ternir l’éclat et le rendre supportable aux anges et aux élus, Mon Souffle Que J’exhale pour Me rendre visible. »
(2/11 à 14)

« Ma Main a oint les lèvres de Mon Messager ; son enseignement est vrai : l’homme Jésus n’est pas Dieu ; c’est le Christ Qui est Dieu, c’est Moi né de Jésus né de Marie.
Un espace plus long qu’un rayon de soleil va de Jésus au Christ  ; la distance infinie qui sépare la terre du Ciel il l’a parcourue, parce qu’il a mis ses pas dans Mes Pas, il ne s’En est jamais écarté, il s’est embrasé de Mon Amour pour l’homme, son frère, et comme une fumée pure il s’est élevé vers Moi ; il a accompli en un an, le temps d’un battement d’ailes, ce que le monde pour son salut accomplit dans les siècles des siècles.
Je l’ai fondu en Moi ; J’en ai fait un Dieu ; il est devenu Moi. Quelle intelligence d’homme, faible lumignon, peut comprendre cela ? »
(32/02 à 05)
voilà donc que cela pourrait mettre enfin tout le monde d’accord après quelques 16 siècles de querelles et que l’on en finirait avec ces débats antiques des théologiens.qui ont semé par leurs bavardages stériles des divisions dans la chrétienté.


Voir ce commentaire dans son contexte