Commentaire de Layly Victor
sur Syrie : Les pilotes américains et de l'Otan ont interdiction de bombarder les terroristes de Al-Aaïda et Al-Nosra, financés et armés par l'occident


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Layly Victor Layly Victor 10 octobre 2015 10:08

@Michel Maugis

Vous avez tout compris. Je vous mets seulement 19/20 parce que il y a un élément du problème que vous n’avez pas mentionné, concernant le positionnement d’un gars comme Fergus.

Certes, il y a dans Fergus et ses acolytes un intérêt politique, sauver le soldat Hollande et masquer à tout prix le caractère criminel et nullissime de sa politique étrangère d’une part, et un intérêt racial : organiser la submersion de l’Europe, détruire la civilisation européenne au profit de je ne sais quel peuple élu.
En développant le thème fondamentalement racial : « les Arabes ont besoin que nous, les peuples d’élite occidentaux, on leur impose la démocratie à notre sauce. De même que les Slaves, ces alcooliques congénitaux ». Les Fergus et autres sont tellement racistes qu’ils ne s’aperçoivent même pas qu’ils récitent du Hitler dans le texte.
D’où la panique et l’incompréhension dès que Poutine a froncé le sourcil.

Il y a cependant quelque chose de plus profond dans ce « peuple de gauche » à la dérive. Je ne parle pas des ouvriers, qui espèrent toujours être mieux traités quand la gauche est au pouvoir. Je parle des petits bourgeois, que j’ai fréquentés pendant des décennies sur mon lieu de travail (un centre de recherche appliquée). Ce sont, pratiquement à 100%, des gens d’un égoïsme crasse et d’un individualisme forcené.
Or, cet égoïsme se heurte aux racines profondes de la psychologie humaine qui remontent à la nuit des temps et qui impliquent que la survie du groupe est étroitement liée à la solidarité.
Il y a donc un conflit intérieur qui est résolu en surface en adhérant au « peuple de gauche ».
Peu importe si je suis d’un égocentrisme maladif, si je n’aide jamais aucun de mes collègues, si je fais passer ma carrière avant tout, si je trahis souvent l’amitié, du moment que je lis Marianne et Libération et que je m’aligne automatiquement sur leurs positions.
Je vous assure que j’ai observé cliniquement ce comportement et que je n’ai pas trouvé d’exception.

Voir ce commentaire dans son contexte