Commentaire de Layly Victor
sur Syrie : Les pilotes américains et de l'Otan ont interdiction de bombarder les terroristes de Al-Aaïda et Al-Nosra, financés et armés par l'occident


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Layly Victor Layly Victor 10 octobre 2015 10:43

@Fifi Brind_acier

La, franchement, vous divaguez.
J’ai été un des premiers, il y a plus de deux ans, à dénoncer l’implication du Qatar dans la guerre en Syrie et en Irak, dans un article sur ce site : « bien joué, le coup de l’état islamique ».
Dans toutes mes interventions, j’ai dénoncé le Qatar et l’Arabie Saoudite, et la compromission de nos politiques avec ces états voyous.
Seulement, et c’est ce qui vous gêne, j’ai aussi dénoncé l’alliance monstrueuse d’Israël avec ces états.
Vous êtes de mauvaise foi, et en plus c’est stupide, comme si les lecteurs ne pouvaient pas vérifier mes commentaires. Ce qui vous perturbe dans ma position, c’est que je ne suis embrigadé dans aucun parti.

J’ai été membre de l’Oeuvre d’Orient pendant plus de trente ans (une association d’aide aux Chrétiens d’Orient). Quand le martyre des Chrétiens a commencé en Irak et en Egypte, j’ai écrit plusieurs fois à l’Oeuvre d’Orient pour leur demander d’intervenir auprès des banques françaises qui font du business avec le Qatar et l’Arabie Saoudite, pays qui finançaient déjà les massacreurs de Chrétiens. Je n’ai jamais eu de réponse. La mort dans l’âme, j’ai envoyé ma lettre de démission.

J’ai toujours dénoncé la mainmise du Qatar sur notre économie. Je voue une haine froide mais définitive à Sarko, Hollande et Juppé. Je ne regarde plus le foot depuis que les Qataris ont mis la main sur le football français et sur la FIFA.

Raison de plus pour regretter l’attitude d’Israël qui nous a poignardé dans le dos en magouillant avec ces états voyous, même si « mon attitude n’est pas intelligente » aux yeux de votre patron.

Pour l’instant, le seul qui n’ait jamais fait de tort à la France, Poutine, est le plus détesté de nos journalistes. Curieux ?

Voir ce commentaire dans son contexte