Commentaire de philouie
sur Moïse et Mahomet, les terribles frères siamois


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

philouie 2 décembre 2015 12:56

Bonjour,
l’approche est intéressante mais je ne crois pas qu’il soit utile d’essayer de se livrer à la psychologie des prophètes : la vie de ses personnages a toujours été raconté plusieurs années, voir plusieurs décennies après leur mort par des gens qui ne les ont pas connus. Ce qu’ils en disent nous en apprend sans doute davantage sur les auteurs de ces biographies que sur les prophètes eux-mêmes.
Personnellement je m’attacherais plutôt à montrer ce qui les distingue que de chercher en quoi il se ressemble et je dirais que Mohammad succède à Moïse.
On ne peut pas parler de Moïse sans parler de la terre promise et de l’idée de sédentarisation. Moïse c’est l’homme qui se sédentarise, c’est « pousse toi de là que je m’y mette », il découvre la loi qui permet de faire la paix au sein de la communauté et qui dessine le contour de « peuple élu » de laquelle il tire sa force. Il extermine les cananéens et prend leur place. S’il est victorieux, c’est parce que sa loi est meilleure.
Mohammad succède à Moïse et il universalise la loi de Moïse. Au stade de Mohammad, l’homme est déjà sédentarisé, il n’erre pas dans le désert mais vit installé, là où il se trouve. Aussi la conquête islamique n’est pas une conquête de remplacement : il ne s’agit pas prendre des villes, d’exterminer les gens et d’habiter leurs maisons. Il s’agit de leur apporter la loi, parce que la loi est pacifiante et de créer un empire, fait de peuples différents, mais qui respectent la même loi, valable en raison de notre commune humanité. C’est la même chose qu’ont fait les romains de ce côté de la méditerranée avec le code Romain et la Pax Romana.
L’Islam est un progrès en cela qu’il apprend à l’homme de se contenter de ce qu’il a , de la part que DIeu lui attribut, de sorte qu’il renonce à la conquête pour voler les terres.
En ce sens, l’affaire palestinienne est une régression, puisque le sionisme puise ses références dans une judaïsme archaïque qui est celui de la loi du plus fort alors que l’islam, où même un judaïsme moins archaïque comme celui d’Esther, est celui de la loi du plus pieux.
 
« Concourrez pour le bien, nous vous départagerons de vos disputes »


Voir ce commentaire dans son contexte