Commentaire de philouie
sur Moïse et Mahomet, les terribles frères siamois


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

philouie 2 décembre 2015 14:28

@astus
D’un point de vue religieux, la violence précède la religion : le premier acte humain est un meurtre, celui d’Abel par Caïn.
« Nous vous constituons en clans et en tribus »
L’homme existe d’abord sous forme de meute, c’est sa nature première et cette nature définie son identité : l’homme est défini par son identité et la croyance partagée du groupe : « nous nous sommes... ».
Cette identitarité (ou grégarité) de l’homme produit une exclusion, i.e le rejet de celui qui n’est pas de la meute, l’autre, l’étranger. La violence humaine est la violence de la meute dans le rejet de celui qui menace la meute soit physiquement, soit identitairement (le fou, le faux-prophète, le métis).
La religion originelle organise la violence, c’est à dire qu’elle l’organise pour la déporter en dehors d’elle même : la paix interne à la communauté est construite dans une violence externe à la communauté, c’est la logique du bouc émissaire.
Un niveau supérieur de la religion, qu’initie Moïse(1) à travers la Loi et que parachève Mohammad, est de permettre à l’homme de déconstruire son identité pour qu’il accède à son individualité. Ce passage se fait par le détachement au moyen de la loi et du rite : il s’agit de se détacher de la matrice dont la meute est un substitut.

1- si Moïse n’entre pas dans la terre promise c’est qu’il fait partie encore du vieux monde.


Voir ce commentaire dans son contexte