Commentaire de Ar zen
sur Éclairage citoyen préalable à la décision de l'élu


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Legestr glaz Ar zen 9 mars 2016 16:39

@citoyenrené

A ceci près qu’un programme politique « hors clivage » propose de mettre en place la démocratie « directe ». Par ailleurs, vous parlez du RIC, Référendum d’Initiative Citoyenne, ce n’est pas que cela la démocratie « directe ». Si vous avez bien lu mon précédent post et visité le lien, vous vous êtes rendu compte qu’il y a plusieurs niveaux d’intervention possible pour le peuple souverain suisse. Le niveau local, cantonal et fédéral. Par ailleurs, « l’initiative populaire » et « le référendum facultatif » n’ont pas les mêmes cibles. Les Françaises et les Français sont totalement ignorants à ce sujet ! Et vous, faîtes vous la différence ?

Par ailleurs, puisque vous dîtes qu’un panel de citoyens est plus pertinent, je vous pose la question de savoir quelles sont les conditions d’émergence et de prise en considération d’une telle chose ? Je voudrais que vous développiez les conditions de faisabilité d’un tel projet. Vous vous rendrez compte, qu’à la réflexion, elles sont nulles !

Qui est-ce qui considère le « peuple inapte » ? Prouvons à l’oligarchie qui nous gouverne, à la caste des dominants organisés, que le peuple peut décider de son avenir en installant une démocratie « directe ».

Il existe un parti, pourquoi ne pas le nommer, l’UPR, l’Union Populaire Républicaine, qui propose cette démocratie directe dans son programme de gouvernement. Evidemment, ce programme n’est ni de gauche, ni de droite. Il est donc évident que « l’électeur de gauche » n’y trouve pas tout à fait son compte puisque celui ci voudrait voir porter un programme de gouvernement de gauche. Pour un « électeur de droite » le raisonnement est identique. Mais « l’initiative populaire » permet toujours de départager les uns et les autres. C’est la majorité qui décide !

Un « panel de citoyennes et de citoyens » ne représente pas plus d’avantage que le « référendum facultatif » qui permet, au peuple suisse, de dénoncer une loi scélérate. La seule chose qu’il conviendrait de modifier c’est le coût d’un tel référendum et savoir à qui le faire porter.

Refusez d’accéder à la démocratie « directe » est une erreur monumentale ! Bien sûr qu’il y a un prix à payer : il faut se rendre aux urnes plus souvent, il faut débattre des sujets, de tous les sujets. S’ils sont importants, il y a une grande mobilisation, s’ils le sont moins, les votes sont moins nombreux.

Je me rends compte que seules les « idéologies » trouvent leur place dans le développement des sujets sur Agoravox. En revanche, rares sont celles et ceux qui parviennent à réfléchir d’un manière globale. La démocratie « directe » est à portée de nos bulletins de votes ! Il faut être stupides pour ne pas tenter cette expérience. Si toutes les idéologies arrivent divisées alors, il est certain que nous aurons un nouveau quinquennat PS ou LR. Ceci est une certitude ! Comment des personnes peuvent-elles refuser la mise en place d’une démocratie directe ? Celle ci ouvre le champ de tous les possibles ! En votant d’une manière dispersée, en votant pour son « idéologie », le peuple joue le jeu de l’oligarchie. Ceci mérite quand même que l’on y réfléchisse. La « démocratie directe » est un bien meilleur projet, déjà porté par un parti, qu’un hypothétique panel de citoyens dont personne ne sait comment il parviendrait à s’imposer puisque rien n’est prévu dans la constitution pour développer ce genre de chose.


Voir ce commentaire dans son contexte