Commentaire de bakerstreet
sur Jean-Paul Sartre, l'homme qui valait n'importe qui


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

bakerstreet bakerstreet 10 mars 2016 12:49

@Fifi Brind_acier
« On n’embastille pas Voltaire », avait déclaré De Gaulle, en rapport à ceux qui voulaient foutre Sartre en tôle. Homme de formule et d’action, c’est sûr. L’article que vous mettez en post est intéressant, il rappelle la violence des rapports est ouest, et la fureur récurrente des states par rapport à De Gaulle qu’ils avaient voulu mettre sur la touche en Angleterre, sous prétexte qu’il était « un dictateur en herbe ! » Ce qui ne manque pas de sel quand on sait leur tentative d’opa sur l’Europe à l’époque, et qui fut réussit en tout cas sur l’Allemagne vaincu. Moi qui habitait derrière une base américaine je me souviens bien de la fureur des américains, et même de la population locale qui voyait partir une source de revenus...En tout cas c’est un personnage hors normes qu’en france on fit le chef intangible de la droite, et chez les jeunes le symbole de la ploutocratie ( Jacques Dutronc : Et toujours le même président...) alors que dans les pays « en développement », il représentait un espoir, et s’apparentait à une sorte de guide et de modèle de non-alignement. Sans doute a t’il pu éviter, par le rôle de la diplomatie française à l’époque, bien des conflits et permettre bien des avancées. Une sorte de rôle tampon. 

On l’oublie aussi, mais Mai 68 n’est pas une particularité française, mais une traînée de poudre mondiale. En Europe elle éclate d’abord en Hollande, en Allemagne en Italie, avant d’arriver tardivement en France. Un mélange de revendication identitaire, d’un « autre monde possible », catalysé par la lutte pour l’’émancipation aux states, avec ces premières images qui passent à la télé, et l’événement d’une jeunesse qui veut se débarrasser des carcans moraux liés à la guerre. Chez les ouvriers, c’est très terre à terre : La France s’est enrichie, et pas eux, tout simplement. Les 30 glorieuses, hors le plein emploi, c’est un mythe. On n’est très pauvre. 1 an de crédit pour s’acheter une télé, on va au boulot en vélo, ce qui vrai, est maintenant tendance.....Je m’égare de plus en plus, mais vous me parliez du contexte de l’époque, qui n’avait rien à voir avec l’hédonisme et l’individualisation actuelle. On aimait beaucoup les idées, les livres, les référence, les discutions à rallonges, l’engagement. Sartre là dedans était une icone, un maître penseur, une sorte de prêtre. De Gaulle aussi d’ailleurs. C’était un homme du passé, sûrement, et le garant d’un ordre social et familial, sûrement, mais il avait toujours des intuitions modernes, qui restent encore à mettre en orbite, comme celui de son projet de régionalisation que tous mirent en échecs, pour des raisons d’intérêts et de conforts. 

Voir ce commentaire dans son contexte