Commentaire de bakerstreet
sur Pourquoi je n'irai plus au salon du livre de Paris


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

bakerstreet bakerstreet 25 mars 2016 11:19

@Trelawney
Il y les termes, et il y a le ton, qui est celui de la suffisance des puissants qui vont se retrouver au dîner du siècle. Le chroniqueur faisant des ronds de jambes et rebondissant comme un ressort pour transformer en spectacle la misère du monde. 

On peut toujours se consoler avec le bouquin de Patrick Rimbaud qui continue ses parodies sur le pouvoir de l’Élysée. 

Voir ce commentaire dans son contexte